Un marché en pleine croissance

Le mot outdoor regroupe tous ces sports et loisirs pratiqués en extérieur, généralement en pleine nature comme le cyclisme, la course à pied, la pêche, le parachutisme, etc. Ces dernières décennies, les sports outdoor se sont imposés comme une évidence : se reconnecter à la nature, en pratiquant une activité physique. De son côté, le marché européen des articles de sport a suivi, en augmentant constamment ses ventes année après année. En 2016, dans le Benelux, cette augmentation se chiffrait à 3,1 % en valeur (hors impact des taux de change et de l'inflation) par rapport à 2015.
...

Le mot outdoor regroupe tous ces sports et loisirs pratiqués en extérieur, généralement en pleine nature comme le cyclisme, la course à pied, la pêche, le parachutisme, etc. Ces dernières décennies, les sports outdoor se sont imposés comme une évidence : se reconnecter à la nature, en pratiquant une activité physique. De son côté, le marché européen des articles de sport a suivi, en augmentant constamment ses ventes année après année. En 2016, dans le Benelux, cette augmentation se chiffrait à 3,1 % en valeur (hors impact des taux de change et de l'inflation) par rapport à 2015.Les Belges Colin Goubau et Simon Trussart, passionnés de sport outdoor, ont saisi la balle au bond en fondant il y a cinq ans Denali Outdoor Events, une société spécialisée dans la création d'événements de masse à caractère sportif. Les Air Games, ces courses à obstacles gonflables, c'est eux ! Leur business model ? Des événements sportifs grand public ( B to C) dont les inscriptions représentent la principale source de revenu. Face à Denali, la concurrece est fort polarisée : d'un côté, il y a les associations et clubs bénévoles qui organisent surtout des événements amateurs. De l'autre, il y a les géants (comme Golazo) qui emploient une centaine d'employés et multiplient les événements professionnels et amateurs (Spartacus Run, Mémorial Van Damme, semi-marathon de Bruxelles, etc.). Avec Air Games, Denali Outdoor Events s'adresse non plus au sportif amateur ou de haut niveau, mais à toutes celles et ceux qui veulent pratiquer une activité physique en plein air, sans compétition.2018, c'est l'année du succès des Air Games. Le concept est unique en Europe : un parcours non chronométré de 5 km au cours duquel il faut franchir 10 structures gon-flables gigantesques, parfois motorisées ou mécanisées, conçues spécialement pour les adultes. Les participants viennent entre amis, en famille ou entre collègues pour le fun et non pour la performance sportive. Ça tombe bien, il n'y a pas de chrono ! En huit dates étalées sur six mois, 30.000 personnes se sont inscrites aux Air Games, soit en moyenne 3.700 par événement. " On est bien au-delà de notre objectif qui se situait plus bas que 3.000 inscrits ", commente Simon Trussart.Le sport outdoor, voilà une chouette activité de team building... du moins pour les sportifs ! Denali l'a compris en rendant ses événements acces-sibles à tous. Après s'être focalisé sur le B to C pour maîtriser les coûts, le duo d'entrepreneurs se réoriente l'an prochain vers le B to B, tout en maintenant l'offre B to C. " Nous allons d'une part individualiser des événements pour de grosses sociétés ou regroupements de sociétés de plus de 500 personnes. D'autre part, nous allons livrer nos événements à des entreprises de team building partenaires. Dans les deux cas, l'idée pour l'employeur est de chouchouter ses employés et de soigner l'image de son entre-prise ", explique Colin Goubau. L'équipe travaille aussi sur un pack business pour les PME qui désirent participer aux Air Games En Belgique, le secteur du sport outdoor s'est professionnalisé mais s'est aussi diversifié. Désormais, une course se doit d'être originale : la Color Run (une course où l'on est aspergé de couleur tous les kilomètres), les Spartacus Run (des courses à obstacles où l'on rampe dans la boue, on l'on saute de 8 mètres de haut), l'Urban Trail (une course dans le centre d'une ville permettant de pénétrer dans des lieux historiques), etc. Denali Outdoor Events pense déjà au concept suivant. La Belgique servira de labo-ratoire avant d'exporter le concept. La société vise la France, à partir de janvier 2019. Elle cherche un event manager pour son bureau de Lyon.Par Lauranne Garitte