Non, les mesures contre les moteurs diesel ou les zones à basses émissions à Bruxelles et Anvers n'ont pas érodé le marché de l'occasion. Depuis plus de 20 ans, il reste stable, à 660.000 automobiles immatriculées chaque année ( voir infographie). L'activité est moins connue que la vente des voitures neuves et certainement moins sexy, car il n'y a pas de show-rooms rutilants mais plutôt des zones en plein air localisées sur des terrains pas chers.
...