L'architectonique, c'est chic

La Blue Tower de Bruxelles, les buildings de la côte belge ou encore la Tour des finances à Liège... Le béton est redevenu à la mode. Il en existe deux types principaux : le béton armé et le béton architectonique, et c'est ce dernier qui fait fureur. " L'architectonique a des exigences esthétiques liées à son coloris, sa texture et sa forme ", explique Jef Marinus, project manager de la Fédération belge de l'industrie du béton préfabriqué (Febe). Aux granulats et ciment, on ajoute des pigments et divers éléments chimiques pour améliorer le séchage ou la répartitition. Il est aussi moulé dans des coffrages très soignés. Le béton armé, lui, es...

La Blue Tower de Bruxelles, les buildings de la côte belge ou encore la Tour des finances à Liège... Le béton est redevenu à la mode. Il en existe deux types principaux : le béton armé et le béton architectonique, et c'est ce dernier qui fait fureur. " L'architectonique a des exigences esthétiques liées à son coloris, sa texture et sa forme ", explique Jef Marinus, project manager de la Fédération belge de l'industrie du béton préfabriqué (Febe). Aux granulats et ciment, on ajoute des pigments et divers éléments chimiques pour améliorer le séchage ou la répartitition. Il est aussi moulé dans des coffrages très soignés. Le béton armé, lui, est essentiellement utilisé pour sa qualité et sa durabilité.Il existe une douzaine d'entreprises qui produisent du béton architectonique en Belgique. Le béton belge est renommé : notre production est exportée partout dans le monde, au Canada, au Maroc, au Japon... " A côté des pralines et de la bière, la Belgique est aussi leader mondial du béton architectonique ", pointe Jef Marinus. Au milieu du 20e siècle, de nombreuses sociétés belges ont en effet pris le train du béton architectonique au point de développer des techniques pour améliorer le processus de fabrication et les aspects spécifiques. Le béton poli, qui offre une sensation fine de douceur et de rondeur, est ainsi une spécialité nationale.Il y a une vingtaine d'années, pour booster l'entreprise familiale, alors spécialisée dans la production de columbariums, les frères Jan et Bart Laroy ont décidé de travailler sur le design et les besoins urbains. Avec succès puisque depuis 2014, Urbastyle s'est fait un nom dans le monde entier. " Soixante pour cent de notre production est destinée à l'exportation, précise Samira El Ghouch, chargée des relations publiques de la société tournaisienne. C'est une fierté que de pouvoir placer nos bancs sur une place publique de Dubaï. " Pour rendre la rue pratique, jolie et durable, les autorités communales de nombreuses villes belges ont recours au béton préfabriqué. Le terme de " mobilier urbain " prend tout son sens grâce aux bancs, jardinières, marches et autres dos-d'âne décoratifs. Les accessoires liés à la mobilité, tels que les dalles podotactiles et - moins réjouissantes - les bornes de protection anti-terrorisme, sont également à la mode, tout comme les dalles à grand format qui forment les esplanades. Récemment, la société tournaisienne Urbastyle a ainsi posé 7.000 dalles le long d'une promenade du quartier de la Défense, à Paris.Urbastyle a développé une centaine de " recettes " à base de béton architectonique. L'étape la plus importante est la finition. " Ce sont de véritables artisans qui se chargent des quatre opérations possibles, explique Samira El Ghouch. La première finition, appelée betoline, est basique et n'implique aucune retouche. " La ferro fait passer les dalles en salle de grenaillage, puis sous une meule pour être polies. Le béton laisse alors voir une légère structure irrégulière. Avec la fino, on obtient un béton encore moins rugueux. Enfin, la finerro est une finition manuelle, avec une sensation de douceur et de rondeur. Un best-seller de l'entreprise.