L'un des plus grands éditeurs du pays, Upali, a annoncé qu'il suspendait l'édition du samedi de deux journaux, dont le populaire "The Island". Seule une édition en ligne paraîtra, a-t-il précisé. D'autres journaux limitent le nombre de pages. Certains hebdomadaires ne paraissent plus qu'une fois par mois. Plus tôt, on avait appris que les examens des étudiants avaient été reportés en raison d'un manque de papier. Les documents officiels sont également moins nombreux à être imprimés. Le Sri Lanka est confronté à une grave crise économique. En raison de la pandémie de coronavirus, le pays ne reçoit pratiquement plus de touristes, l'une de ses principales sources de revenus. Le gouvernement sri-lankais n'a pas les moyens d'importer suffisamment de gaz et de pétrole, si bien qu'il n'y a que quelques heures d'électricité par jour. Il y a également de longues files d'attente dans les stations-service. (Belga)

L'un des plus grands éditeurs du pays, Upali, a annoncé qu'il suspendait l'édition du samedi de deux journaux, dont le populaire "The Island". Seule une édition en ligne paraîtra, a-t-il précisé. D'autres journaux limitent le nombre de pages. Certains hebdomadaires ne paraissent plus qu'une fois par mois. Plus tôt, on avait appris que les examens des étudiants avaient été reportés en raison d'un manque de papier. Les documents officiels sont également moins nombreux à être imprimés. Le Sri Lanka est confronté à une grave crise économique. En raison de la pandémie de coronavirus, le pays ne reçoit pratiquement plus de touristes, l'une de ses principales sources de revenus. Le gouvernement sri-lankais n'a pas les moyens d'importer suffisamment de gaz et de pétrole, si bien qu'il n'y a que quelques heures d'électricité par jour. Il y a également de longues files d'attente dans les stations-service. (Belga)