Selon les données de Ryanair, 20 vols sur 60, soit un tiers, sont annulés à Brussels Airport. Cela représente cinq rotations, soit cinq départs et cinq arrivées, sur un total de 16 pour la journée de samedi et de 14 pour dimanche, a indiqué l'aéroport. Concernant l'aéroport de Charleroi, ce sont 62 arrivées et départs sur 200 qui sont annulés ce week-end. Cela équivaut à 17 rotations sur 50 le samedi et à 15 départs sur 50 et 13 arrivées sur 50 le dimanche. Les vols concernés sont ceux qui embarquent un équipage belge. Les autres, qui volent avec du personnel d'autres pays, ne sont pas touchés. Le nombre d'annulations pourrait encore évoluer. Les raisons de la grève de ce week-end sont les mêmes que celles qui avaient conduit au mouvement mené fin juin. Les pilotes se sentent "méprisés" et attendent une revalorisation salariale après avoir accepté de lâcher 20% de leur salaire durant la crise sanitaire liée au coronavirus. "Ryanair a indiqué que l'activité avait atteint 115% par rapport à son niveau de 2019, il n'y a donc rien qui empêche cette revalorisation salariale", a expliqué jeudi Didier Lebbe, de la CNE, à Belga. (Belga)

Selon les données de Ryanair, 20 vols sur 60, soit un tiers, sont annulés à Brussels Airport. Cela représente cinq rotations, soit cinq départs et cinq arrivées, sur un total de 16 pour la journée de samedi et de 14 pour dimanche, a indiqué l'aéroport. Concernant l'aéroport de Charleroi, ce sont 62 arrivées et départs sur 200 qui sont annulés ce week-end. Cela équivaut à 17 rotations sur 50 le samedi et à 15 départs sur 50 et 13 arrivées sur 50 le dimanche. Les vols concernés sont ceux qui embarquent un équipage belge. Les autres, qui volent avec du personnel d'autres pays, ne sont pas touchés. Le nombre d'annulations pourrait encore évoluer. Les raisons de la grève de ce week-end sont les mêmes que celles qui avaient conduit au mouvement mené fin juin. Les pilotes se sentent "méprisés" et attendent une revalorisation salariale après avoir accepté de lâcher 20% de leur salaire durant la crise sanitaire liée au coronavirus. "Ryanair a indiqué que l'activité avait atteint 115% par rapport à son niveau de 2019, il n'y a donc rien qui empêche cette revalorisation salariale", a expliqué jeudi Didier Lebbe, de la CNE, à Belga. (Belga)