BP, à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique, envisage de suspendre le paiement des dividendes à ses actionnaires face à la colère croissante des responsables américains, a indiqué Tony Hayward, son CEO, au Wall Street Journal vendredi.

"Nous étudions toutes les options concernant les dividendes mais aucune décision n'a été prise", a-t-il déclaré. La direction du groupe pétrolier britannique pourrait ainsi décider de ne pas payer de dividendes pour le 2e trimestre de son exercice, dont les résultats sont attendus le 27 juillet, ou d'en différer le paiement, voire d'effectuer un versement provisoire, selon le quotidien économique.

En début de semaine, Barack Obama avait indiqué qu'il aimerait "botter des fesses" dans cette affaire, en suggérant la démission du patron de BP. Le président américain avait déjà relevé la semaine dernière les "10,5 milliards, je dis bien milliards, de dollars de dividendes" envisagés par BP : "Cela ne me pose pas de problème que BP respecte ses obligations légales (Ndlr, envers ses actionnaires), mais je veux qu'ils sachent qu'ils ont des obligations morales et légales ici dans le golfe !"

L'action BP est en chute libre à la Bourse de Londres, portant à un certain moment à - 50 % le plongeon de sa valeur depuis le début de la marée noire. Les investisseurs craignent de plus en plus que le géant pétrolier ne soit contraint de suspendre le paiement de dividendes.

Trends.be, avec Belga

BP, à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique, envisage de suspendre le paiement des dividendes à ses actionnaires face à la colère croissante des responsables américains, a indiqué Tony Hayward, son CEO, au Wall Street Journal vendredi."Nous étudions toutes les options concernant les dividendes mais aucune décision n'a été prise", a-t-il déclaré. La direction du groupe pétrolier britannique pourrait ainsi décider de ne pas payer de dividendes pour le 2e trimestre de son exercice, dont les résultats sont attendus le 27 juillet, ou d'en différer le paiement, voire d'effectuer un versement provisoire, selon le quotidien économique.En début de semaine, Barack Obama avait indiqué qu'il aimerait "botter des fesses" dans cette affaire, en suggérant la démission du patron de BP. Le président américain avait déjà relevé la semaine dernière les "10,5 milliards, je dis bien milliards, de dollars de dividendes" envisagés par BP : "Cela ne me pose pas de problème que BP respecte ses obligations légales (Ndlr, envers ses actionnaires), mais je veux qu'ils sachent qu'ils ont des obligations morales et légales ici dans le golfe !"L'action BP est en chute libre à la Bourse de Londres, portant à un certain moment à - 50 % le plongeon de sa valeur depuis le début de la marée noire. Les investisseurs craignent de plus en plus que le géant pétrolier ne soit contraint de suspendre le paiement de dividendes.Trends.be, avec Belga