Quatre scenarii de service minimum en cas de grève se trouvent sur la table des négociations. Ils vont d'un service minimum limité aux grands axes en heure de pointe à une offre prévoyant la circulation de plus d'un tiers des trains. Dans le scénario minimal, 100.000 voyageurs (soit un quart d'un jour ouvrable normal) pourraient emprunter le train pour quelque 216.000 voyageurs (ou 54% d'un jour ouvrable normal) dans le scénario le plus large. Afin de pouvoir assurer l'offre de trains, de 20 à 40% du personnel de la SNCB devrait être requis, soit entre 1.058 et 2.214 personnes. En outre, de 13 à 21% du personnel d'Infrabel serait nécessaire, soit de 673 à 1.133 travailleurs. Les syndicats voient dans la mise en place d'un service minium une atteinte inacceptable au droit de grève. (Belga)