"Lors de cette ultime négociation, la direction a pu prendre connaissance du point de vue des organisations syndicales et de leurs objections concernant la mise en place d'un service minimum garanti dans le cadre du dialogue social", souligne HR Rail. "HR Rail a organisé de manière régulière des négociations en la matière avec les organisations syndicales depuis le 1er avril 2015. La proposition discutée cet après-midi en Comité de pilotage tenait donc compte des inquiétudes des syndicats et du droit de grève". La proposition reprend le fait qu'en cas de grève annoncée, un plan de transport adapté sera élaboré en fonction des membres du personnel disponibles dans les "catégories opérationnelles essentielles", explique la CSC-Transcom. "Cependant, ces 'catégories opérationnelles essentielles' sont très nombreuses. En effet, pour qu'un train roule en toute sécurité, il faut non seulement un conducteur mais aussi un accompagnateur, des signaleurs, un service de sécurité, des speakers... Que ce soit pour un train ou pour dix, il faudra du personnel dans chaque cabine", souligne le syndicat chrétien. "Dans la proposition, il est indiqué que l'agent qui désire travailler doit le signaler au plus tard 72 heures avant le début de la grève. Le travailleur ne pourra plus, par la suite, revenir sur sa décision. Ceci est une atteinte au droit de grève individuel", poursuit la CSC-Transcom. "Nous sommes formels: l'instauration d'un service minimum au sein des chemins de fer belges est irresponsable. Celui qui veut quand même l'implémenter devra en prendre la responsabilité", a commenté Marianne Lerouge, de la CSC-Transcom. (Belga)

"Lors de cette ultime négociation, la direction a pu prendre connaissance du point de vue des organisations syndicales et de leurs objections concernant la mise en place d'un service minimum garanti dans le cadre du dialogue social", souligne HR Rail. "HR Rail a organisé de manière régulière des négociations en la matière avec les organisations syndicales depuis le 1er avril 2015. La proposition discutée cet après-midi en Comité de pilotage tenait donc compte des inquiétudes des syndicats et du droit de grève". La proposition reprend le fait qu'en cas de grève annoncée, un plan de transport adapté sera élaboré en fonction des membres du personnel disponibles dans les "catégories opérationnelles essentielles", explique la CSC-Transcom. "Cependant, ces 'catégories opérationnelles essentielles' sont très nombreuses. En effet, pour qu'un train roule en toute sécurité, il faut non seulement un conducteur mais aussi un accompagnateur, des signaleurs, un service de sécurité, des speakers... Que ce soit pour un train ou pour dix, il faudra du personnel dans chaque cabine", souligne le syndicat chrétien. "Dans la proposition, il est indiqué que l'agent qui désire travailler doit le signaler au plus tard 72 heures avant le début de la grève. Le travailleur ne pourra plus, par la suite, revenir sur sa décision. Ceci est une atteinte au droit de grève individuel", poursuit la CSC-Transcom. "Nous sommes formels: l'instauration d'un service minimum au sein des chemins de fer belges est irresponsable. Celui qui veut quand même l'implémenter devra en prendre la responsabilité", a commenté Marianne Lerouge, de la CSC-Transcom. (Belga)