Selon un rapport du professeur gantois Johan Albrecht établi à la demande gouvernement fédéral, la prolongation partielle de la durée de vie de deux centrales nucléaires diminuerait le coût énergétique d'une sortie du nucléaire d'environ 900 millions d'euros en 2030, par rapport à un scénario de sortie complète en 2025. La fédération patronale se félicite des conclusions de ce rapport. Pour justifier son opposition à une sortie complète en 2025, la FEB invoque la sécurité d'approvisionnement ainsi que le coût qu'elle représenterait pour les ménages et entreprises. (Belga)

Selon un rapport du professeur gantois Johan Albrecht établi à la demande gouvernement fédéral, la prolongation partielle de la durée de vie de deux centrales nucléaires diminuerait le coût énergétique d'une sortie du nucléaire d'environ 900 millions d'euros en 2030, par rapport à un scénario de sortie complète en 2025. La fédération patronale se félicite des conclusions de ce rapport. Pour justifier son opposition à une sortie complète en 2025, la FEB invoque la sécurité d'approvisionnement ainsi que le coût qu'elle représenterait pour les ménages et entreprises. (Belga)