Robert Vertenueil s'inquiète notamment du fait que le gouvernement ne demande pas la confiance du parlement. "Ça nous donne surtout un ton qui nous inquiète, car cela veut dire que ce gouvernement va continuer à s'asseoir sur des éléments fondamentaux d'un fonctionnement démocratique. (...) Il va continuer dans la ligne qui était la sienne. On a tout de suite compris que les accointances avec la N-VA vont continuer." "Nous ne sommes pas dupes", a-t-il ajouté en faisant écho aux priorités énoncées par le Premier ministre Charles Michel dimanche, qu'il s'agisse de la sécurité sociale, du pouvoir d'achat ou encore du climat. "Ce sont des thèmes choisis en fonction de l'actualité." La FGTB déplore par ailleurs la volonté du monde patronal "de ne plus jouer le jeu" de la concertation sociale, puisqu'il "s'autorise à négocier les conditions de trahttp://1.t.cdn.belga.be/imageglobe:96281115:thumbnail?v=16616c8c2fd&m=kojbffkgvail et de rémunération pour les années à venir directement avec le gouvernement". Les actions prévues vendredi prennent "d'autant plus de sens", poursuit le président du syndicat socialiste. "Il y a lieu de rétablir un semblant de démocratie dans ce pays." La FGTB demande que le message sur la question du pouvoir d'achat soit entendu, et ne "se contentera pas de clopinettes pour nous endormir", assure Robert Vertenueil. "Il faut une marge salariale sérieuse, à la hauteur et des résultats obtenus par les entreprises, et de l'augmentation de la productivité." Le gouvernement doit aussi s'attaquer à une "véritable politique fiscale correcte, avec pour commencer une baisse de la TVA sur l'électricité et le mazout de chauffage". Enfin, la pension "doit être revalorisée avant d'imaginer toute autre" question à ce sujet, conclut-il. (Belga)