Actuellement, un étudiant ne peut travailler que maximum deux périodes de 23 jours par an, la première durant l'été et la seconde durant le reste de l'année.

Dorénavant ils auront le droit de travailler 50 jours par an, sans distinction été/hiver. Le contrat passé avec un employeur ne sera également plus limité à six mois par an, l'étudiant pourra donc répartir son temps de travail sur toute l'année.

Quelques détails restent à régler avec les partenaires sociaux, qui ont déjà demandé à la ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet, de ne faire entrer ces nouvelles règles en vigueur qu'en janvier prochain, pour simplifier les calculs. Il y aura également une gestion centralisée du cas de chaque étudiant.

La ministre de l'Emploi souhaite également que 8,86 pc du salaire du jobiste rentrent dans les caisses de l'Etat, mais patrons et syndicats doivent encore s'entendre sur la répartition précise de ce pourcentage entre le jeune et son employeur.

Trends.be, avec Belga

Actuellement, un étudiant ne peut travailler que maximum deux périodes de 23 jours par an, la première durant l'été et la seconde durant le reste de l'année. Dorénavant ils auront le droit de travailler 50 jours par an, sans distinction été/hiver. Le contrat passé avec un employeur ne sera également plus limité à six mois par an, l'étudiant pourra donc répartir son temps de travail sur toute l'année.Quelques détails restent à régler avec les partenaires sociaux, qui ont déjà demandé à la ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet, de ne faire entrer ces nouvelles règles en vigueur qu'en janvier prochain, pour simplifier les calculs. Il y aura également une gestion centralisée du cas de chaque étudiant.La ministre de l'Emploi souhaite également que 8,86 pc du salaire du jobiste rentrent dans les caisses de l'Etat, mais patrons et syndicats doivent encore s'entendre sur la répartition précise de ce pourcentage entre le jeune et son employeur.Trends.be, avec Belga