Des équipements utilisés pour la transfusion de patients ou pour mesurer la pression artérielle pourront ainsi être exemptés de droits de douane punitifs à partir du 2 mars, selon une liste publiée par la Commission gouvernementale des droits de douane. Dans la longue liste des produits éligibles figurent également des catégories de viandes de boeuf et de porc congelées, de soja, de produits pétroliers ou encore le gaz naturel liquéfié. Certaines catégories de céréales (blé, sorgho) et certains types de métaux sont aussi concernés. Ces produits pourront désormais être exemptés des droits de douane punitifs imposés précédemment par Pékin dans le cadre de sa guerre commerciale avec les États-Unis. L'exemption ne sera cependant pas automatique: les firmes chinoises importatrices devront faire une demande spécifique pour bénéficier de la mesure. L'objectif est de "mieux satisfaire la demande croissante des consommateurs chinois", a précisé la commission dans un communiqué, sans mentionner le nouveau coronavirus. L'annonce intervient cependant alors que les hôpitaux du pays, où l'épidémie de pneumonie virale a contaminé plus de 72.000 personnes et fait près de 1.900 morts à travers la Chine, se débattent avec d'importantes pénuries de fournitures médicales. De même, les mesures de confinement et restrictions drastiques prises pour endiguer la propagation du virus ont fortement perturbé la production et l'acheminement des produits agricoles à travers le pays. En a résulté une flambée des prix alimentaires (+20,6% sur un an en janvier), tandis que de nombreux élevages étaient menacés de se trouver à court d'aliments. Les États-Unis et la Chine se livrent une guerre commerciale depuis 2018 à coup de droits de douane sur de nombreuses marchandises, qui représentent des échanges annuels de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les deux pays ont toutefois conclu un accord commercial partiel le mois dernier, en vertu duquel Pékin a accepté d'acheter pour 200 milliards de dollars de biens américains supplémentaires, notamment agricoles. Pékin avait par ailleurs indiqué fin janvier son intention de "mettre en oeuvre de janvier à mars 2020 des mesures douanières plus préférentielles concernant les importations, afin de renforcer le soutien à la prévention et au contrôle de l'épidémie" de Covid-19. (Belga)

Des équipements utilisés pour la transfusion de patients ou pour mesurer la pression artérielle pourront ainsi être exemptés de droits de douane punitifs à partir du 2 mars, selon une liste publiée par la Commission gouvernementale des droits de douane. Dans la longue liste des produits éligibles figurent également des catégories de viandes de boeuf et de porc congelées, de soja, de produits pétroliers ou encore le gaz naturel liquéfié. Certaines catégories de céréales (blé, sorgho) et certains types de métaux sont aussi concernés. Ces produits pourront désormais être exemptés des droits de douane punitifs imposés précédemment par Pékin dans le cadre de sa guerre commerciale avec les États-Unis. L'exemption ne sera cependant pas automatique: les firmes chinoises importatrices devront faire une demande spécifique pour bénéficier de la mesure. L'objectif est de "mieux satisfaire la demande croissante des consommateurs chinois", a précisé la commission dans un communiqué, sans mentionner le nouveau coronavirus. L'annonce intervient cependant alors que les hôpitaux du pays, où l'épidémie de pneumonie virale a contaminé plus de 72.000 personnes et fait près de 1.900 morts à travers la Chine, se débattent avec d'importantes pénuries de fournitures médicales. De même, les mesures de confinement et restrictions drastiques prises pour endiguer la propagation du virus ont fortement perturbé la production et l'acheminement des produits agricoles à travers le pays. En a résulté une flambée des prix alimentaires (+20,6% sur un an en janvier), tandis que de nombreux élevages étaient menacés de se trouver à court d'aliments. Les États-Unis et la Chine se livrent une guerre commerciale depuis 2018 à coup de droits de douane sur de nombreuses marchandises, qui représentent des échanges annuels de plusieurs centaines de milliards de dollars. Les deux pays ont toutefois conclu un accord commercial partiel le mois dernier, en vertu duquel Pékin a accepté d'acheter pour 200 milliards de dollars de biens américains supplémentaires, notamment agricoles. Pékin avait par ailleurs indiqué fin janvier son intention de "mettre en oeuvre de janvier à mars 2020 des mesures douanières plus préférentielles concernant les importations, afin de renforcer le soutien à la prévention et au contrôle de l'épidémie" de Covid-19. (Belga)