Cette marche est prévue alors que le gouvernement wallon doit s'accorder sur un plan stratégique qui sera la déclinaison wallonne de la nouvelle politique agricole (PAC) 2023-2027 et alors que la Fédération wallonne de l'agriculture (Fwa) mène de son côté des actions tous azimuts pour défendre sa vision de ce que devrait être la nouvelle politique agricole wallonne. "Ce plan engage l'avenir de notre agriculture, de notre alimentation, de la biodiversité agricole et du climat jusqu'en 2027! Il n'y aura pas de seconde chance concernant les objectifs environnementaux et sociétaux que la Wallonie s'est fixés pour 2030 dans la Déclaration de politique régionale. Il n'y aura pas de seconde chance ni pour la nature, ni pour le climat, ni pour les agriculteurs eux-mêmes dans une situation très difficile", avertissent dans un communiqué ImPAACte et l'Unab, pour qui "malheureusement, la menace de statu-quo est réelle". La marche de mardi, à laquelle sont conviés "les agriculteurs bio ou en transition agroécologique", les "environnementalistes et citoyens", ainsi que les "laissés pour compte depuis des mois", se déroulera à Namur de 10h à 12h et partira du cabinet du ministre wallon de l'Agriculture, Willy Borsus, avant de rallier l'Elysette, en passant par les cabinets des ministres Tellier, Henry et Morréale. (Belga)

Cette marche est prévue alors que le gouvernement wallon doit s'accorder sur un plan stratégique qui sera la déclinaison wallonne de la nouvelle politique agricole (PAC) 2023-2027 et alors que la Fédération wallonne de l'agriculture (Fwa) mène de son côté des actions tous azimuts pour défendre sa vision de ce que devrait être la nouvelle politique agricole wallonne. "Ce plan engage l'avenir de notre agriculture, de notre alimentation, de la biodiversité agricole et du climat jusqu'en 2027! Il n'y aura pas de seconde chance concernant les objectifs environnementaux et sociétaux que la Wallonie s'est fixés pour 2030 dans la Déclaration de politique régionale. Il n'y aura pas de seconde chance ni pour la nature, ni pour le climat, ni pour les agriculteurs eux-mêmes dans une situation très difficile", avertissent dans un communiqué ImPAACte et l'Unab, pour qui "malheureusement, la menace de statu-quo est réelle". La marche de mardi, à laquelle sont conviés "les agriculteurs bio ou en transition agroécologique", les "environnementalistes et citoyens", ainsi que les "laissés pour compte depuis des mois", se déroulera à Namur de 10h à 12h et partira du cabinet du ministre wallon de l'Agriculture, Willy Borsus, avant de rallier l'Elysette, en passant par les cabinets des ministres Tellier, Henry et Morréale. (Belga)