Le groupe aux cinq marques (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) a également publié un chiffre d'affaires record, à 74,7 milliards d'euros (+1%), et une marge opérationnelle historique, parmi les plus élevées du secteur, à 8,5% des ventes tant pour l'ensemble du groupe (+0,8 point) que pour la seule division automobile (+0,9 point).

"Nous avons obtenu des résultats records en 2019, grâce à notre agilité, notre approche centrée sur le client et socialement responsable", a déclaré le président du directoire de PSA Carlos Tavares, cité dans un communiqué.

Le redressement de la filiale allemande Opel s'est confirmé l'an dernier. La marge opérationnelle d'Opel/Vauxhall a atteint 1,1 milliard d'euros, soit 6,5% des ventes, alors que le groupe s'était fixé un objectif de 6% à l'horizon 2026.

Il s'agit de la deuxième année record consécutive pour le constructeur qui tire les bénéfices d'une stratégie centrée sur les ventes rentables au détriment des volumes.

Le constructeur écoule désormais 90% de sa production en Europe, région où il est solide numéro deux derrière l'allemand Volkswagen.

Le groupe s'estime prêt à respecter dès cette année le seuil moyen d'émission de CO2 de 95 grammes par kilomètre.

PSA a, dans la foulée, précisé qu'il verserait à ses salariés aux plus faibles salaires une prime d'intéressement de 4.100 euros, a annoncé sur RTL M. Tavares.

"Les résultats records (...) nous permettent de faire en sorte que les primes d'intéressement et de participation versées à nos salariés soient elles aussi en augmentation. Nos salariés qui ont les salaires les plus bas, inférieurs à deux fois le SMIC, vont recevoir 4.100 euros" soit "environ deux mois et demi de salaire", a détaillé Carlos Tavares.

"Voilà le retour de la création de richesses vers nos salariés", s'est félicité M. Tavares, qui n'a pas précisé s'il s'agissait d'un montant brut ou net.

Le groupe aux cinq marques (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) a également publié un chiffre d'affaires record, à 74,7 milliards d'euros (+1%), et une marge opérationnelle historique, parmi les plus élevées du secteur, à 8,5% des ventes tant pour l'ensemble du groupe (+0,8 point) que pour la seule division automobile (+0,9 point). "Nous avons obtenu des résultats records en 2019, grâce à notre agilité, notre approche centrée sur le client et socialement responsable", a déclaré le président du directoire de PSA Carlos Tavares, cité dans un communiqué. Le redressement de la filiale allemande Opel s'est confirmé l'an dernier. La marge opérationnelle d'Opel/Vauxhall a atteint 1,1 milliard d'euros, soit 6,5% des ventes, alors que le groupe s'était fixé un objectif de 6% à l'horizon 2026. Il s'agit de la deuxième année record consécutive pour le constructeur qui tire les bénéfices d'une stratégie centrée sur les ventes rentables au détriment des volumes. Le constructeur écoule désormais 90% de sa production en Europe, région où il est solide numéro deux derrière l'allemand Volkswagen. Le groupe s'estime prêt à respecter dès cette année le seuil moyen d'émission de CO2 de 95 grammes par kilomètre. PSA a, dans la foulée, précisé qu'il verserait à ses salariés aux plus faibles salaires une prime d'intéressement de 4.100 euros, a annoncé sur RTL M. Tavares. "Les résultats records (...) nous permettent de faire en sorte que les primes d'intéressement et de participation versées à nos salariés soient elles aussi en augmentation. Nos salariés qui ont les salaires les plus bas, inférieurs à deux fois le SMIC, vont recevoir 4.100 euros" soit "environ deux mois et demi de salaire", a détaillé Carlos Tavares. "Voilà le retour de la création de richesses vers nos salariés", s'est félicité M. Tavares, qui n'a pas précisé s'il s'agissait d'un montant brut ou net.