Cette taxe, qui concerne tous les aéroports du pays, sera de 10 euros pour un passager dont la destination n'est pas située à plus de 500 km à vol d'oiseau de l'aéroport belge le plus fréquenté du pays (Brussels Airport à Zaventem), de deux euros pour un passager dont la destination est plus éloignée mais est située dans l'Espace économique européen, au Royaume-Uni ou en Suisse, et de quatre euros pour un passager "long-courrier", dont la destination est à plus de 500 km et est située en dehors de ces différents pays européens. Air Belgium, Brussels Airlines et TUI regrettent cependant cette taxe particulièrement malvenue alors que le secteur "tente de se remettre de la pandémie de Covid-19, la crise la plus coûteuse et la plus lourde de conséquences de son histoire." Les compagnies aériennes s'inquiètent également des modalités de mise en oeuvre d'une telle mesure. (Belga)

Cette taxe, qui concerne tous les aéroports du pays, sera de 10 euros pour un passager dont la destination n'est pas située à plus de 500 km à vol d'oiseau de l'aéroport belge le plus fréquenté du pays (Brussels Airport à Zaventem), de deux euros pour un passager dont la destination est plus éloignée mais est située dans l'Espace économique européen, au Royaume-Uni ou en Suisse, et de quatre euros pour un passager "long-courrier", dont la destination est à plus de 500 km et est située en dehors de ces différents pays européens. Air Belgium, Brussels Airlines et TUI regrettent cependant cette taxe particulièrement malvenue alors que le secteur "tente de se remettre de la pandémie de Covid-19, la crise la plus coûteuse et la plus lourde de conséquences de son histoire." Les compagnies aériennes s'inquiètent également des modalités de mise en oeuvre d'une telle mesure. (Belga)