"Le front commun syndical vient de se réunir pour analyser l'état des négociations sur l'accord interprofessionnel. Une réunion (du Groupe des 10, NDLR) était prévue demain (mercredi, NDLR) pour boucler la discussion mais nous avons fait le constat que nous sommes dans l'impossibilité de poursuivre les négociations. C'est un constat d'échec", a expliqué le président de la FGTB. Le principal écueil réside dans la marge salariale maximale de 0,8% pour les deux prochaines années. Elle a été fixée par le Conseil central de l'économie sur base de la nouvelle mouture de la loi de 1996 encadrant l'évolution des salaires. Cela afin de garantir la compétitivité de la Belgique par rapport à ses voisins. "Cette loi nous empêche de négocier", juge Robert Vertenueil, la qualifiant de "carcan". La "tournure des évènements nous aurait amenés à conclure un accord qui ne correspondait pas aux aspirations des travailleurs", en matière notamment d'augmentation des salaires, d'équilibre entre les vies professionnelle et privée ou de fins de carrière, estime encore le numéro un du syndicat socialiste. Le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB a annoncé mardi dans la foulée l'organisation d'une grève nationale le mercredi 13 février, tous secteurs confondus. (Belga)

"Le front commun syndical vient de se réunir pour analyser l'état des négociations sur l'accord interprofessionnel. Une réunion (du Groupe des 10, NDLR) était prévue demain (mercredi, NDLR) pour boucler la discussion mais nous avons fait le constat que nous sommes dans l'impossibilité de poursuivre les négociations. C'est un constat d'échec", a expliqué le président de la FGTB. Le principal écueil réside dans la marge salariale maximale de 0,8% pour les deux prochaines années. Elle a été fixée par le Conseil central de l'économie sur base de la nouvelle mouture de la loi de 1996 encadrant l'évolution des salaires. Cela afin de garantir la compétitivité de la Belgique par rapport à ses voisins. "Cette loi nous empêche de négocier", juge Robert Vertenueil, la qualifiant de "carcan". La "tournure des évènements nous aurait amenés à conclure un accord qui ne correspondait pas aux aspirations des travailleurs", en matière notamment d'augmentation des salaires, d'équilibre entre les vies professionnelle et privée ou de fins de carrière, estime encore le numéro un du syndicat socialiste. Le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB a annoncé mardi dans la foulée l'organisation d'une grève nationale le mercredi 13 février, tous secteurs confondus. (Belga)