L'année 2014, qui a marqué les débuts du gouvernement Michel, a totalisé 760.300 jours de grève, soit le total le plus important des vingt-cinq dernières années. Après une année 2015 plus calme, les syndicats ont repris leur charge contre l'exécutif cette année. Le deuxième trimestre a ainsi vu le mouvement de grève des gardiens de prison et de nombreuses actions sur le rail.

Le 24 mai, au moins 60.000 personnes ont arrêté le travail pour participer à une manifestation nationale avant un mouvement de quelque 10.000 fonctionnaires et enseignants contre les mesures d'économies. Une grève nationale a ensuite eu lieu le 24 juin.

L'année 2014, qui a marqué les débuts du gouvernement Michel, a totalisé 760.300 jours de grève, soit le total le plus important des vingt-cinq dernières années. Après une année 2015 plus calme, les syndicats ont repris leur charge contre l'exécutif cette année. Le deuxième trimestre a ainsi vu le mouvement de grève des gardiens de prison et de nombreuses actions sur le rail. Le 24 mai, au moins 60.000 personnes ont arrêté le travail pour participer à une manifestation nationale avant un mouvement de quelque 10.000 fonctionnaires et enseignants contre les mesures d'économies. Une grève nationale a ensuite eu lieu le 24 juin.