"L'absence de plans tangibles pour répondre aux préoccupations politique, économiques et sociales de la population de Hong Kong mises en avant au cours des neuf derniers mois (par les manifestants, ndlr) peuvent refléter une capacité institutionnelle plus faible que ce que Moody's avait précédemment évalué", a expliqué l'agence de notation dans un communiqué. Moody's juge "particulièrement lente, timide et peu concluante" la réponse du gouvernement aux manifestants pro-démocratie réclamant notamment davantage de libertés politiques et protestant contre le coût très élevé de la vie. "Il se peut aussi que l'autonomie des institutions de Hong Kong soit soumise à des contraintes plus importantes qu'on ne le pensait auparavant", a ajouté l'agence, en référence aux pressions exercées par Pékin. Des mois d'agitation politique ont terni la réputation de stabilité de Hong Kong, et constituent la plus grave remise en question de l'autorité de Pékin depuis la rétrocession de l'ancienne colonie britannique à la Chine en 1997. Des millions de partisans pro-démocratie sont descendus dans les rues de Hong Kong et des affrontements entre les manifestants et la police ont fréquemment éclaté depuis juin 2019. Combinées aux retombées de la guerre commerciale sino-américaine, ces manifestations ont frappé les secteurs du tourisme et de la vente au détail et ont contribué à faire basculer Hong Kong dans la récession. La décision de Moody's intervient quatre mois après que Fitch a abaissé la note souveraine de la ville chinoise, en invoquant les manifestations continues et l'incertitude suscitée par une intégration plus étroite avec la Chine continentale. (Belga)

"L'absence de plans tangibles pour répondre aux préoccupations politique, économiques et sociales de la population de Hong Kong mises en avant au cours des neuf derniers mois (par les manifestants, ndlr) peuvent refléter une capacité institutionnelle plus faible que ce que Moody's avait précédemment évalué", a expliqué l'agence de notation dans un communiqué. Moody's juge "particulièrement lente, timide et peu concluante" la réponse du gouvernement aux manifestants pro-démocratie réclamant notamment davantage de libertés politiques et protestant contre le coût très élevé de la vie. "Il se peut aussi que l'autonomie des institutions de Hong Kong soit soumise à des contraintes plus importantes qu'on ne le pensait auparavant", a ajouté l'agence, en référence aux pressions exercées par Pékin. Des mois d'agitation politique ont terni la réputation de stabilité de Hong Kong, et constituent la plus grave remise en question de l'autorité de Pékin depuis la rétrocession de l'ancienne colonie britannique à la Chine en 1997. Des millions de partisans pro-démocratie sont descendus dans les rues de Hong Kong et des affrontements entre les manifestants et la police ont fréquemment éclaté depuis juin 2019. Combinées aux retombées de la guerre commerciale sino-américaine, ces manifestations ont frappé les secteurs du tourisme et de la vente au détail et ont contribué à faire basculer Hong Kong dans la récession. La décision de Moody's intervient quatre mois après que Fitch a abaissé la note souveraine de la ville chinoise, en invoquant les manifestations continues et l'incertitude suscitée par une intégration plus étroite avec la Chine continentale. (Belga)