Alors que Proximus, en tant que sponsor principal, n'est globalement pas concerné par cette "taxe" sur les antennes GSM relais placées sur les sites des festivals, Mobistar et Base jugent la mesure inacceptable.

Les deux sociétés affirment être conscientes que "le bon déroulement d'un événement passe par un maintien strict" de leurs services mais disent ne pas gagner d'argent sur ce genre de rassemblement. "Au contraire, ce déploiement a un coût important", avancent-elles.

Base et Mobistar viennent de faire passer via le GOF, l'association des opérateurs mobiles, un nouveau moratoire qui stipule que tout acteur du secteur refusera, dorénavant, de se soumettre à une telle exigence financière sur ses antennes.

Alors que Proximus, en tant que sponsor principal, n'est globalement pas concerné par cette "taxe" sur les antennes GSM relais placées sur les sites des festivals, Mobistar et Base jugent la mesure inacceptable. Les deux sociétés affirment être conscientes que "le bon déroulement d'un événement passe par un maintien strict" de leurs services mais disent ne pas gagner d'argent sur ce genre de rassemblement. "Au contraire, ce déploiement a un coût important", avancent-elles. Base et Mobistar viennent de faire passer via le GOF, l'association des opérateurs mobiles, un nouveau moratoire qui stipule que tout acteur du secteur refusera, dorénavant, de se soumettre à une telle exigence financière sur ses antennes.