Dès 08h00 ce vendredi, la CNE (Centrale Nationale des Employés) et le SETCa (Syndicat des Employés, Techniciens et Cadres) avaient élu domicile devant les quatre centres d'appels les plus importants du grand Liège, installés boulevard d'Avroy et dans le parc industriel de Hauts Sarts.

Une dizaine de représentants syndicaux s'y sont retrouvés pour distribuer des petits déjeuners, des tracts et des mousquetons à destination des salariés des call-centers visés. Ce dernier accessoire entendait illustrer les difficultés, pour les employés, d'être liés à un contrat de travail "décent".

Selon Jan Meeuwens, secrétaire adjoint du SETCa, le métier de correspondant téléphonique est particulièrement stressant et sous-estimé. "Les travailleurs des centres facilitaires tels que WBCC ou IPG sont en permanence sous pression, rencontrent beaucoup de stress et doivent s'adapter à des changements de planning réguliers. Depuis vingt ans, j'ai vu le travail se complexifier, mais pas les salaires s'améliorer."

Le coup d'envoi de cette semaine de mobilisation avait été donné vendredi dernier à Bruxelles.

Dès 08h00 ce vendredi, la CNE (Centrale Nationale des Employés) et le SETCa (Syndicat des Employés, Techniciens et Cadres) avaient élu domicile devant les quatre centres d'appels les plus importants du grand Liège, installés boulevard d'Avroy et dans le parc industriel de Hauts Sarts. Une dizaine de représentants syndicaux s'y sont retrouvés pour distribuer des petits déjeuners, des tracts et des mousquetons à destination des salariés des call-centers visés. Ce dernier accessoire entendait illustrer les difficultés, pour les employés, d'être liés à un contrat de travail "décent". Selon Jan Meeuwens, secrétaire adjoint du SETCa, le métier de correspondant téléphonique est particulièrement stressant et sous-estimé. "Les travailleurs des centres facilitaires tels que WBCC ou IPG sont en permanence sous pression, rencontrent beaucoup de stress et doivent s'adapter à des changements de planning réguliers. Depuis vingt ans, j'ai vu le travail se complexifier, mais pas les salaires s'améliorer." Le coup d'envoi de cette semaine de mobilisation avait été donné vendredi dernier à Bruxelles.