Les jours se suivent et ne se ressemblent pas dans le parcours, parfois tumultueux, du fleuron biotech liégeois qui fêtera l'an prochain ses 20 ans. Lundi, son action prenait l'eau suite aux propos de son CEO, François Fornieri, livrés à l'Echo durant le week-end, concernant le développement du Donesta et le financement nécessaire au développement de ce traitement hormonal de nouvelle génération. Les investisseurs momentanément inquiets ont rapidement été rassurés par les propos du CEO liégeois. Ils devraient aujourd'hui être enchantés suite à l'annonce de l'accord de licence et d'approvisionnement pour la commercialisation du contraceptif oral, Estelle, conclu entre Mithra et la société hongroise Gedeon Richter.
...

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas dans le parcours, parfois tumultueux, du fleuron biotech liégeois qui fêtera l'an prochain ses 20 ans. Lundi, son action prenait l'eau suite aux propos de son CEO, François Fornieri, livrés à l'Echo durant le week-end, concernant le développement du Donesta et le financement nécessaire au développement de ce traitement hormonal de nouvelle génération. Les investisseurs momentanément inquiets ont rapidement été rassurés par les propos du CEO liégeois. Ils devraient aujourd'hui être enchantés suite à l'annonce de l'accord de licence et d'approvisionnement pour la commercialisation du contraceptif oral, Estelle, conclu entre Mithra et la société hongroise Gedeon Richter."Il s'agit de l'accord le plus important pour Mithra depuis sa création, explique François Fornieri. Cela représente l'aboutissement de nombreuses années de travail. Nous avons déjà conclu pour Estelle des accords au Japon, au Brésil, au Canada mais celui que nous venons de nouer avec Gedeon Richter est d'une autre ampleur. En Europe (Russie comprise), le marché contraceptif représente 1,6 milliard d'euros annuellement dont 70% pour la contraception orale. Cette région pèse près de 22% du marché mondial. Notre partenaire, Gedeon Richter, est leader en Europe de l'Est ainsi qu'en Russie et est bien implanté en Europe de l'Ouest. Il est actif dans trois domaines thérapeutiques majeurs : la santé féminine, le système nerveux central et le cardiovasculaire. La santé féminine représente 40% de son chiffre d'affaires qui s'est élevé à 1,4 milliard de d'euros en 2017."Selon les termes de l'accord, Gedeon Richter devra verser une avance de 35 millions d'euros à la signature du contrat. Des paiements d'étapes (milestone payments) additionnels pouvant atteindre 20 millions d'euros seront réalisés en fonction de l'aboutissement des étapes réglementaires liées au produit. En outre, des royalties liées aux ventes d'Estelle seront payables à Mithra suite au lancement du produit qui est prévu pour 2020. Un partenariat qui ravit autant François Fornieri que son homologue, Gábor Orbán, pour qui "cet accord s'inscrit dans la démarche de Gedeon Richter d'élargir davantage son portefeuille centré sur la santé féminine afin d'améliorer la qualité de vie des femmes de tous les âges".Gedeon Richter est une entreprise dont l'origine remonte au siècle dernier (1901). Basée à Budapest, elle a traversé les vicissitudes du 20e siècle et toujours été tournée vers l'international, ouvrant ses premières filiales à l'étranger dès les années 1930. Nationalisée en 1948, elle a développé en 1966 son premier contraceptif oral et s'est développée dans le domaine de la santé féminine au fil de ces dernières décennies. Privatisée au début des années 1990 - l'Etat hongrois y conserve une part de 25%, elle dispose de laboratoires et d'unités de production qui peuvent servir dans le futur de back-up à Mithra. D'autant que l'usine de cette dernière basée à Flémalle, le CDMO, risque à terme d'être trop petite pour satisfaire l'augmentation de production."En termes de production, le CDMO répond à 25% du marché que nous attendons réaliser à terme avec Estelle, précise François Fornieri. Il est clair que nous devons prévoir la possibilité de fabriquer ailleurs. Et dans ce cadre, notre partenaire hongrois nous offre des solutions." D'autant que cet accord historique va probablement ne plus l'être dans quelques mois quand le marché américain, qui représente le double de son homologue européen, va s'ouvrir à Estelle, dont le développement est actuellement en phase 3 outre-Atlantique. "Nous sommes en pourparlers avec plusieurs partenaires américains actuellement", ajoute François Fornieri. Outre l'Europe, le Japon et les Etats-Unis, Mithra vise à terme le marchés sud-américain - il est déjà présent au Brésil - ainsi que l'Australie et l'Afrique du Sud. Et à plus long-terme, la Chine et l'Inde où les marchés de la contraception sont émergents.