Casino a d'abord indiqué, dans la nuit de dimanche à lundi, que ses administrateurs avaient "décidé à l'unanimité de ne pas donner suite à (l')approche". Le groupe fustige une manoeuvre réalisée "alors que le marché du titre Casino a fait l'objet de manipulations spéculatives coordonnées à la baisse d'une ampleur inédite depuis plusieurs mois".

La réponse de Carrefour n'a pas tardé. La proposition de rapprochement "n'existe pas", affirme le numéro 1 européen du secteur. "Les difficultés auxquelles sont confrontés le groupe Casino et son actionnaire de contrôle ne peuvent justifier des communications intempestives, trompeuses, et dénuées de tout fondement (...) Carrefour examine les voies de droit à sa disposition à même de faire cesser ces insinuations inacceptables."

Casino, qui a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 37,8 milliards d'euros, vise d'ici à fin 2018 une réduction de sa dette financière nette en France de l'ordre d'un milliard d'euros, "par autofinancement et grâce au produit des cessions d'actifs".

Carrefour, dont les ventes ont atteint l'année dernière 88,2 milliards d'euros, a enregistré une perte de 861 millions d'euros au premier semestre, conséquence des coûts de son plan de transformation annoncé en janvier.

Casino a d'abord indiqué, dans la nuit de dimanche à lundi, que ses administrateurs avaient "décidé à l'unanimité de ne pas donner suite à (l')approche". Le groupe fustige une manoeuvre réalisée "alors que le marché du titre Casino a fait l'objet de manipulations spéculatives coordonnées à la baisse d'une ampleur inédite depuis plusieurs mois". La réponse de Carrefour n'a pas tardé. La proposition de rapprochement "n'existe pas", affirme le numéro 1 européen du secteur. "Les difficultés auxquelles sont confrontés le groupe Casino et son actionnaire de contrôle ne peuvent justifier des communications intempestives, trompeuses, et dénuées de tout fondement (...) Carrefour examine les voies de droit à sa disposition à même de faire cesser ces insinuations inacceptables." Casino, qui a réalisé en 2017 un chiffre d'affaires de 37,8 milliards d'euros, vise d'ici à fin 2018 une réduction de sa dette financière nette en France de l'ordre d'un milliard d'euros, "par autofinancement et grâce au produit des cessions d'actifs". Carrefour, dont les ventes ont atteint l'année dernière 88,2 milliards d'euros, a enregistré une perte de 861 millions d'euros au premier semestre, conséquence des coûts de son plan de transformation annoncé en janvier.