"Créer sa propre entreprise lorsqu'on est une personne issue de l'immigration peut s'avérer un vrai parcours du combattant. La participation ou l'accès au marché de l'emploi est pourtant un des facteurs clés pour l'intégration économique et sociale", souligne microStart. L'organisation entend agir "afin que toute personne qui en a le projet, l'envie, la conviction, puisse devenir entrepreneur. Les barrières pour créer son propre emploi en Belgique sont encore plus nombreuses pour les personnes issues de l'immigration: barrières linguistique, culturelle, financière, administrative, etc." Des défis auxquels peuvent être confrontés les plus de six personnes sur 10 (63%) financées par microStart, qui, depuis 2011, aide chaque année des centaines d'entrepreneurs en leur accordant un prêt pouvant aller jusqu'à 25.000 euros. "Notre mission est de supprimer tout ce qui freine l'esprit d'entreprise." L'organisation de microcrédit ouvrira ce vendredi ses portes à Gand, Anvers, Bruxelles, Liège et Mons pour écouter, aider et informer toute personne à la recherche d'informations et de réponses. Pour les atteindre, elle travaille avec des conseillers issus de la communauté des migrants. MicroStart a également développé une méthodologie de formation spécifique. "Parce que l'accès au marché du travail est l'un des facteurs clés de l'intégration économique et sociale", affirme l'organisation. Outre l'octroi de microcrédits, microStart vise également à soutenir et accompagner 1.900 personnes cette année. (Belga)

"Créer sa propre entreprise lorsqu'on est une personne issue de l'immigration peut s'avérer un vrai parcours du combattant. La participation ou l'accès au marché de l'emploi est pourtant un des facteurs clés pour l'intégration économique et sociale", souligne microStart. L'organisation entend agir "afin que toute personne qui en a le projet, l'envie, la conviction, puisse devenir entrepreneur. Les barrières pour créer son propre emploi en Belgique sont encore plus nombreuses pour les personnes issues de l'immigration: barrières linguistique, culturelle, financière, administrative, etc." Des défis auxquels peuvent être confrontés les plus de six personnes sur 10 (63%) financées par microStart, qui, depuis 2011, aide chaque année des centaines d'entrepreneurs en leur accordant un prêt pouvant aller jusqu'à 25.000 euros. "Notre mission est de supprimer tout ce qui freine l'esprit d'entreprise." L'organisation de microcrédit ouvrira ce vendredi ses portes à Gand, Anvers, Bruxelles, Liège et Mons pour écouter, aider et informer toute personne à la recherche d'informations et de réponses. Pour les atteindre, elle travaille avec des conseillers issus de la communauté des migrants. MicroStart a également développé une méthodologie de formation spécifique. "Parce que l'accès au marché du travail est l'un des facteurs clés de l'intégration économique et sociale", affirme l'organisation. Outre l'octroi de microcrédits, microStart vise également à soutenir et accompagner 1.900 personnes cette année. (Belga)