"Nous avons fait tout ce qui était possible en matière d'économies et il est désormais difficile d'aller beaucoup plus loin en termes de réduction globale des coûts", a expliqué Jean-Claude Tintin, administrateur délégué de Belgocontrol, au cours d'une conférence de presse. "Et pourtant, nous sommes en perte pour la quatrième année consécutive", a-t-il ajouté en pointant le fait que seuls 20% des services effectués pour les Régions sont rémunérés, à prix de revient. Quant aux tarifs appliqués à Brussels Airport, ils n'ont plus été adaptés depuis 2003.

"Le gouvernement a reconnu le caractère structurel de notre perte mais aucune initiative politique n'a encore été prise", a poursuivi Jean-Claude Tintin pour qui les problèmes de trésorerie liés à cette situation "doivent impérativement être résolus d'ici 2014".

Malgré ces difficultés financières, Belgocontrol a toutefois eu matière à se réjouir en 2012. L'entreprise publique autonome, dont les effectifs ont reculé de 5,5% en 2012, a ainsi enregistré une baisse de 18% de son taux d'incidents A et B tandis que le retard en route moyen généré par sa gestion du trafic a été réduit à 0,027 minute par vol.

"Nous avons fait tout ce qui était possible en matière d'économies et il est désormais difficile d'aller beaucoup plus loin en termes de réduction globale des coûts", a expliqué Jean-Claude Tintin, administrateur délégué de Belgocontrol, au cours d'une conférence de presse. "Et pourtant, nous sommes en perte pour la quatrième année consécutive", a-t-il ajouté en pointant le fait que seuls 20% des services effectués pour les Régions sont rémunérés, à prix de revient. Quant aux tarifs appliqués à Brussels Airport, ils n'ont plus été adaptés depuis 2003. "Le gouvernement a reconnu le caractère structurel de notre perte mais aucune initiative politique n'a encore été prise", a poursuivi Jean-Claude Tintin pour qui les problèmes de trésorerie liés à cette situation "doivent impérativement être résolus d'ici 2014".Malgré ces difficultés financières, Belgocontrol a toutefois eu matière à se réjouir en 2012. L'entreprise publique autonome, dont les effectifs ont reculé de 5,5% en 2012, a ainsi enregistré une baisse de 18% de son taux d'incidents A et B tandis que le retard en route moyen généré par sa gestion du trafic a été réduit à 0,027 minute par vol.