Du préservatif aux antidouleurs, Pharma shop contient tout ce qui est disponible sans ordonnance. Quelque 130 références, selon le pharmacien Frans Heylbroeck qui estime offrir de la sorte un meilleur service à ses clients. Si l'on peut acheter ces produits en ligne, pourquoi ne pourrait-on les retirer avec un automate, plaide-t-il ?
...

Du préservatif aux antidouleurs, Pharma shop contient tout ce qui est disponible sans ordonnance. Quelque 130 références, selon le pharmacien Frans Heylbroeck qui estime offrir de la sorte un meilleur service à ses clients. Si l'on peut acheter ces produits en ligne, pourquoi ne pourrait-on les retirer avec un automate, plaide-t-il ? Quant au risque de voir les utilisateurs acquérir plus d'antalgiques ou d'analgésiques que nécessaire, il l'estime inexistant dans la mesure où, aujourd'hui déjà, " n'importe qui peut faire le tour des pharmacies de la ville pour faire provision de Dafalgan Forte ". Personne n'en saura rien, poursuit-il, alors que Pharma shop peut en revanche détecter tout usage impropre et remonter vers l'acheteur via les données de paiement. L'Association pharmaceutique belge (APB) est toutefois loin de partager ce point de vue. Légalement, le self-service est interdit en matière de médicaments, commente Lieven Zwanepoel, porte-parole néerlandophone de l'APB. Et " la loi est la loi ", poursuit-il, même s'il doit bien concéder qu'en cas d'achat en ligne, le contrôle par une personne humaine et a fortiori un pharmacien, relève aussi de l'utopie. La discussion est dès lors ouverte. Président national de l'Ordre des pharmaciens, Gert Laekeman a déjà fait savoir que le Conseil provincial de Flandre orientale ne peut prendre de sanction que si une plainte est déposée. L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) n'a pas encore pris position mais étudie le problème. En 2011, un automate qui distribuait entre autres du paracétamol dans les locaux de la gare de Louvain avait été retiré à la demande de l'AFMPS après plainte d'un pharmacien. Mais à l'époque, le distributeur n'était pas lui-même pharmacien.