Une écrasante majorité des votants (97,5%) a accepté le principe d'une grève, et la participation a été forte également (83,2%), selon le syndicat, dont environ les deux tiers des quelque 18.000 hôtesses et stewards de Lufthansa en Allemagne sont membres. Ufo a cependant décidé d'examiner une nouvelle offre de la direction jeudi 16 août avant de déclencher un mouvement social. "C'est un avertissement fort adressé à la direction de Lufthansa, qui doit à présent comprendre que la situation est très sérieuse", a déclaré à l'AFP Dirk Vogelsang, le responsable des négociations pour Ufo.

Le syndicat demande une amélioration générale des conditions de travail du personnel de cabine, notamment une hausse des salaires de 5% sur 15 mois et rétroactive à partir du 1er janvier de cette année, après trois ans de stagnation. Il rejette également fermement le recours à du personnel de cabine intérimaire dans des appareils de Lufthansa, ce que la compagnie a commencé à faire depuis juin à Berlin. Un compromis s'annonce difficile à trouver pour Lufthansa, qui a lancé cette année un nouveau plan d'économies visant à améliorer son bénéfice opérationnel de 1,4 milliard d'euros par an à partir de fin 2014 par rapport à 2011, notamment en réduisant ses coûts de personnel.

Avec Belga

Une écrasante majorité des votants (97,5%) a accepté le principe d'une grève, et la participation a été forte également (83,2%), selon le syndicat, dont environ les deux tiers des quelque 18.000 hôtesses et stewards de Lufthansa en Allemagne sont membres. Ufo a cependant décidé d'examiner une nouvelle offre de la direction jeudi 16 août avant de déclencher un mouvement social. "C'est un avertissement fort adressé à la direction de Lufthansa, qui doit à présent comprendre que la situation est très sérieuse", a déclaré à l'AFP Dirk Vogelsang, le responsable des négociations pour Ufo. Le syndicat demande une amélioration générale des conditions de travail du personnel de cabine, notamment une hausse des salaires de 5% sur 15 mois et rétroactive à partir du 1er janvier de cette année, après trois ans de stagnation. Il rejette également fermement le recours à du personnel de cabine intérimaire dans des appareils de Lufthansa, ce que la compagnie a commencé à faire depuis juin à Berlin. Un compromis s'annonce difficile à trouver pour Lufthansa, qui a lancé cette année un nouveau plan d'économies visant à améliorer son bénéfice opérationnel de 1,4 milliard d'euros par an à partir de fin 2014 par rapport à 2011, notamment en réduisant ses coûts de personnel. Avec Belga