On apprenait il y a quelques semaines que le délai permettant à Lufthansa de prendre le contrôle de la compagnie belge avait été prolongé jusqu'en 2017. Lufthansa possède à l'heure actuelle 45% du capital de SN Airholding, la maison-mère de Brussels Airlines.

Mais la compagnie aérienne allemande dispose d'une option sur les 55% restants, option qu'elle peut exercer tous les ans en avril. Toutefois, Lufthansa a déjà fait comprendre par le passé vouloir attendre que Brussels Airlines redevienne d'abord bénéficiaire, ce qui devrait être le cas en 2014.

Concernant la ligne de crédit de maximum 100 millions d'euros accordée par Lufthansa, 45 millions d'euros ont déjà été utilisés, a confirmé M. Franz. Cet argent est nécessaire pour mener à bien le plan de restructuration de la compagnie belge, selon le patron de Lufthansa.

En outre, la stratégie de Brussels Airlines cible les vols longs courriers, ce qui nécessite des investissements, notamment dans la flotte. De son côté, Brussels Airlines avait laissé entendre lors de la présentation de ses résultats annuels qu'elle n'aurait pas recours cette année à cette ligne de crédit.


On apprenait il y a quelques semaines que le délai permettant à Lufthansa de prendre le contrôle de la compagnie belge avait été prolongé jusqu'en 2017. Lufthansa possède à l'heure actuelle 45% du capital de SN Airholding, la maison-mère de Brussels Airlines. Mais la compagnie aérienne allemande dispose d'une option sur les 55% restants, option qu'elle peut exercer tous les ans en avril. Toutefois, Lufthansa a déjà fait comprendre par le passé vouloir attendre que Brussels Airlines redevienne d'abord bénéficiaire, ce qui devrait être le cas en 2014. Concernant la ligne de crédit de maximum 100 millions d'euros accordée par Lufthansa, 45 millions d'euros ont déjà été utilisés, a confirmé M. Franz. Cet argent est nécessaire pour mener à bien le plan de restructuration de la compagnie belge, selon le patron de Lufthansa.En outre, la stratégie de Brussels Airlines cible les vols longs courriers, ce qui nécessite des investissements, notamment dans la flotte. De son côté, Brussels Airlines avait laissé entendre lors de la présentation de ses résultats annuels qu'elle n'aurait pas recours cette année à cette ligne de crédit.