Un boeing ukrainien s'est écrasé mercredi en périphérie de Téhéran, tuant ses 176 occupants. L'appareil a probablement été touché par un missile, selon certaines sources, mais l'Iran exclut cette hypothèse.

Jeudi, Lufthansa a fait revenir à titre préventif un de ses vols qui reliait Francfort à Téhéran. La compagnie a justifié sa décision par la nouvelle évaluation sur la sécurité de l'espace aérien autour de l'aéroport de la capitale iranienne.

"Dès que nous aurons des informations détaillées, nous déciderons si et quand nos vols vers l'Iran pourront à nouveau être exploités", a ajouté la compagnie.

Un vol de sa filiale Austrian Airlines reliant Vienne à Téhéran avait aussi fait demi-tour jeudi après une escale à Sofia.

Austrian et Lufthansa continuent d'exploiter une liaison aérienne avec Téhéran alors que plusieurs compagnies européennes, comme Air France ou British Airways, ont stoppé cette desserte après le rétablissement de sanctions américaines sur l'Iran en 2018.

Un boeing ukrainien s'est écrasé mercredi en périphérie de Téhéran, tuant ses 176 occupants. L'appareil a probablement été touché par un missile, selon certaines sources, mais l'Iran exclut cette hypothèse. Jeudi, Lufthansa a fait revenir à titre préventif un de ses vols qui reliait Francfort à Téhéran. La compagnie a justifié sa décision par la nouvelle évaluation sur la sécurité de l'espace aérien autour de l'aéroport de la capitale iranienne. "Dès que nous aurons des informations détaillées, nous déciderons si et quand nos vols vers l'Iran pourront à nouveau être exploités", a ajouté la compagnie. Un vol de sa filiale Austrian Airlines reliant Vienne à Téhéran avait aussi fait demi-tour jeudi après une escale à Sofia. Austrian et Lufthansa continuent d'exploiter une liaison aérienne avec Téhéran alors que plusieurs compagnies européennes, comme Air France ou British Airways, ont stoppé cette desserte après le rétablissement de sanctions américaines sur l'Iran en 2018.