Dans le cadre d'une "opération séduction", telle que qualifiée par les syndicats, la délégation de Liberty House, forte du responsable du développement et acquisition, du directeur des ressources humaines du département fer et enfin du responsable finance et exploitation, a souligné l'importance du maintien des 731 emplois en région liégeoise et des 214 à Dudelange (Luxembourg).

Le candidat repreneur a même annoncé son intention d'augmenter à terme les effectifs, tout en respectant la convention collective de travail 32 bis qui assure aux travailleurs les conditions propres au contrat signé avec Arcelor Mittal. Le candidat acquéreur a signalé qu'il n'avait aucune obligation de rentabilité à court terme.

Les responsables de Liberty House ont aussi annoncé un investissement annuel de 15 millions afin maintenir le site opérationnel. Une somme de 7 millions sera également investie afin de réaliser le "revamping" électrique de l'étamage à Tilleur.

Selon le modèle industriel présenté, des interactions avec le site roumain de Galati, que lorgne également Liberty House, sont prévues, d'autant que des investissements sont également pensés pour la Roumanie. Une collaboration pour une durée de cinq ans est prévue avec Arcelor Mittal pour que celui-ci approvisionne les produits liégeois et grand-ducaux. Liège devrait à terme produire 1.300 tonnes grâce à ses outils.