Des robots sont utilisés dans l'industrie automobile depuis les années 1970 mais ils évoluent en principe dans des zones bien délimitées pour éviter des accidents avec des humains. La nouvelle génération de robots, ou "cobots", se veut toutefois collaborative et permet davantage d'interactions, de collaboration entre l'homme et la machine. Les bras des cobots sont par exemple équipés d'articulations flexibles censées éviter qu'un travailleur ne soit blessé en cas de collision avec un robot. Mais cette précaution se fait au détriment de la précision de la machine. Des chercheurs sont néanmoins parvenus à mettre au point un logiciel préservant la sécurité des travailleurs tout en augmentant la précision des cobots de 60%. Audi Brussels utilise l'un de ces cobots, à la satisfaction de tous. "Il s'agit du premier cobot pleinement opérationnel qui collabore sans problème avec des collègues humains", a souligné le directeur de l'usine automobile, Patrick Danau. (Belga)

Des robots sont utilisés dans l'industrie automobile depuis les années 1970 mais ils évoluent en principe dans des zones bien délimitées pour éviter des accidents avec des humains. La nouvelle génération de robots, ou "cobots", se veut toutefois collaborative et permet davantage d'interactions, de collaboration entre l'homme et la machine. Les bras des cobots sont par exemple équipés d'articulations flexibles censées éviter qu'un travailleur ne soit blessé en cas de collision avec un robot. Mais cette précaution se fait au détriment de la précision de la machine. Des chercheurs sont néanmoins parvenus à mettre au point un logiciel préservant la sécurité des travailleurs tout en augmentant la précision des cobots de 60%. Audi Brussels utilise l'un de ces cobots, à la satisfaction de tous. "Il s'agit du premier cobot pleinement opérationnel qui collabore sans problème avec des collègues humains", a souligné le directeur de l'usine automobile, Patrick Danau. (Belga)