Les syndicats indiquent que le document reprenant les mesures de sécurité dans le cadre de la réouverture des commerces "a un certain contenu", mais estiment que ce catalogue doit être contraignant. "La fédération patronale du commerce refuse d'imposer tout ou partie de ces mesures aux entreprises", déplorent les organisations syndicales dans une déclaration commune. "Ce qui veut dire, en pratique, que nous pourrions le 11 mai nous retrouver face à des enseignes qui n'auraient pris qu'un minimum de mesures de sécurité, voire pas du tout."

Les syndicats jugent cette situation "intolérable" et regrettent également qu'aucune solution ne soit actuellement sur la table pour limiter le nombre de personnes qui pourraient déambuler à partir du 11 mai dans les rues commerçantes ou les centres commerciaux, lieux de forte fréquentation. Ils soulignent que la réouverture des magasins se fera "dans un climat de tensions sociales importantes" si la sécurité du personnel n'est pas assurée.

Une nouvelle rencontre entre les syndicats et Comeos est prévue mardi.

Les syndicats indiquent que le document reprenant les mesures de sécurité dans le cadre de la réouverture des commerces "a un certain contenu", mais estiment que ce catalogue doit être contraignant. "La fédération patronale du commerce refuse d'imposer tout ou partie de ces mesures aux entreprises", déplorent les organisations syndicales dans une déclaration commune. "Ce qui veut dire, en pratique, que nous pourrions le 11 mai nous retrouver face à des enseignes qui n'auraient pris qu'un minimum de mesures de sécurité, voire pas du tout." Les syndicats jugent cette situation "intolérable" et regrettent également qu'aucune solution ne soit actuellement sur la table pour limiter le nombre de personnes qui pourraient déambuler à partir du 11 mai dans les rues commerçantes ou les centres commerciaux, lieux de forte fréquentation. Ils soulignent que la réouverture des magasins se fera "dans un climat de tensions sociales importantes" si la sécurité du personnel n'est pas assurée. Une nouvelle rencontre entre les syndicats et Comeos est prévue mardi.