Les négociations sur la réforme du Codex, qui réglemente le statut des fonctionnaires, n'ont pas été de tout repos. En juin dernier déjà, le front commun syndical avait dénoncé un manque de concertation sociale et des délais trop courts pour aboutir. Le dialogue avait depuis repris et les négociations avaient été prolongées jusqu'après l'été, soulignent les syndicats CSC Services publics, SLFP et CGSP. Pendant l'été, le gouvernement a décidé de supprimer à partir du 1er janvier 2019 le régime maladie auquel les fonctionnaires ont droit. Cette évolution les empêchera désormais de reporter leurs jours de congés maladie inutilisés à l'année suivante. Horreur pour les syndicats, qui affirment que dans le Codex, ce régime favorable est maintenu. "A quoi servent encore les négociations entre le cabinet de la fonction publique et les syndicats si le gouvernement les court-circuite?" Une action se tiendra mercredi à 09h00 pour dénoncer ce "manque de crédibilité et de fiabilité de la concertation sociale". (Belga)

Les négociations sur la réforme du Codex, qui réglemente le statut des fonctionnaires, n'ont pas été de tout repos. En juin dernier déjà, le front commun syndical avait dénoncé un manque de concertation sociale et des délais trop courts pour aboutir. Le dialogue avait depuis repris et les négociations avaient été prolongées jusqu'après l'été, soulignent les syndicats CSC Services publics, SLFP et CGSP. Pendant l'été, le gouvernement a décidé de supprimer à partir du 1er janvier 2019 le régime maladie auquel les fonctionnaires ont droit. Cette évolution les empêchera désormais de reporter leurs jours de congés maladie inutilisés à l'année suivante. Horreur pour les syndicats, qui affirment que dans le Codex, ce régime favorable est maintenu. "A quoi servent encore les négociations entre le cabinet de la fonction publique et les syndicats si le gouvernement les court-circuite?" Une action se tiendra mercredi à 09h00 pour dénoncer ce "manque de crédibilité et de fiabilité de la concertation sociale". (Belga)