Les syndicats avaient annoncé en mai dernier leur plan d'action après que le gouvernement eut présenté plusieurs mesures visant à flexibiliser le marché du travail, dont notamment la réforme de la semaine de 38 heures de travail. Une manifestation nationale est ainsi prévue le 29 septembre, ainsi qu'une grève générale le 7 octobre. Lors de la confection de cet agenda, les représentants des travailleurs imaginaient que les travaux budgétaires pour 2017, qui incluront probablement de nouvelles mesures d'économie, seraient terminés au début du mois de septembre. Mais ce n'est cependant pas encore le cas. "A moins que le gouvernement n'annonce soudainement certaines mesures inacceptables, je ne vois pas beaucoup de raisons pour faire grève", confie Mario Coppens, le président de l'ACLVB, pendant flamand de la CGSLB. "Je ne vois pas pourquoi je demanderais à ma base de faire grève", poursuit-il. L'ACV, le syndicat chrétien flamand, consulte en ce moment ses membres et prendra une décision en fonction de ces discussions. Enfin, une décision tombera le 20 septembre du côté socialiste, qui assure toutefois déjà que des actions seront bien menées le 7 octobre sans encore en connaître la nature ni l'ampleur. (Belga)