La concertation bisannuelle entre patrons et syndicats au sein du Groupe des Dix est au point mort depuis le 22 janvier. Après seulement quelques jours de négociations, un accord semblait impossible. Les syndicats estiment une augmentation salariale de 0,8% hors indexation insuffisante pour les deux années à venir. Le patronat répète, lui, qu'il doit s'en tenir à la loi, qui détermine la marge maximale. Face à cette "position rigide", les syndicats ont annoncé une grève nationale le 13 février. A la suite de cette interruption de dialogue, le gouvernement a prié les partenaires sociaux de poursuivre la concertation. Mardi matin, les syndicats ont été reçus par le Premier ministre Charles Michel, le ministre de l'Emploi Kris Peeters et la ministre des Affaires sociales Maggie De Block. Dans l'après-midi, ce sera au tour du patronat. Le président de la FGTB, Robert Vertenueil, attend concrètement une ouverture de la marge au-delà de 0,8% et dans d'autres dossiers, comme celui des fins de carrière. "Quand la loi est mauvaise, on change de loi. Le gouvernement a changé beaucoup de lois durant cette législature; il peut changer celle-là aussi", a-t-il lancé mardi matin avant la réunion. Le ministre Peeters espère quant à lui que chacun prendra ses responsabilités. "Mais l'ajustement de la loi n'est pas sur la table. Nous verrons bien", a-t-il lancé mardi matin. (Belga)

La concertation bisannuelle entre patrons et syndicats au sein du Groupe des Dix est au point mort depuis le 22 janvier. Après seulement quelques jours de négociations, un accord semblait impossible. Les syndicats estiment une augmentation salariale de 0,8% hors indexation insuffisante pour les deux années à venir. Le patronat répète, lui, qu'il doit s'en tenir à la loi, qui détermine la marge maximale. Face à cette "position rigide", les syndicats ont annoncé une grève nationale le 13 février. A la suite de cette interruption de dialogue, le gouvernement a prié les partenaires sociaux de poursuivre la concertation. Mardi matin, les syndicats ont été reçus par le Premier ministre Charles Michel, le ministre de l'Emploi Kris Peeters et la ministre des Affaires sociales Maggie De Block. Dans l'après-midi, ce sera au tour du patronat. Le président de la FGTB, Robert Vertenueil, attend concrètement une ouverture de la marge au-delà de 0,8% et dans d'autres dossiers, comme celui des fins de carrière. "Quand la loi est mauvaise, on change de loi. Le gouvernement a changé beaucoup de lois durant cette législature; il peut changer celle-là aussi", a-t-il lancé mardi matin avant la réunion. Le ministre Peeters espère quant à lui que chacun prendra ses responsabilités. "Mais l'ajustement de la loi n'est pas sur la table. Nous verrons bien", a-t-il lancé mardi matin. (Belga)