La loi de 1996, modifiée en 2017 sous le gouvernement Michel, encadre l'évolution des salaires pour éviter des augmentations trop importantes et protéger la position concurrentielle des entreprises belges vis-à-vis des pays voisins. Les syndicats veulent sa révision. "Les prix explosent et rendent la vie de plus en plus chère", expliquent-ils. "Le problème est que les revenus n'augmentent pas à la même vitesse que le coût de la vie, les hausses de salaires étant fortement limitées par la loi sur la norme salariale. Même dans les entreprises qui engrangent de gros bénéfices, la loi nous empêche de négocier plus." Le front commun syndical demande à la FEB de réagir à l'augmentation actuelle du coût de la vie. Une initiative citoyenne sur la norme salariale a entre-temps recueilli près de 90.000 signatures, ce qui signifie que la Chambre devra entamer un débat sur la loi. Les signataires réclament le droit à des négociations libres sur les salaires bruts, le maintien complet de l'indexation automatique des salaires et des allocations et le rétablissement d'une marge indicative librement négociée. Les syndicats ont récemment annoncé leur intention d'amplifier la pression avec des actions régionales. Ils se mobiliseront également à Bruxelles le lundi 20 juin pour défendre le pouvoir d'achat et exiger une révision de la loi de 1996. (Belga)

La loi de 1996, modifiée en 2017 sous le gouvernement Michel, encadre l'évolution des salaires pour éviter des augmentations trop importantes et protéger la position concurrentielle des entreprises belges vis-à-vis des pays voisins. Les syndicats veulent sa révision. "Les prix explosent et rendent la vie de plus en plus chère", expliquent-ils. "Le problème est que les revenus n'augmentent pas à la même vitesse que le coût de la vie, les hausses de salaires étant fortement limitées par la loi sur la norme salariale. Même dans les entreprises qui engrangent de gros bénéfices, la loi nous empêche de négocier plus." Le front commun syndical demande à la FEB de réagir à l'augmentation actuelle du coût de la vie. Une initiative citoyenne sur la norme salariale a entre-temps recueilli près de 90.000 signatures, ce qui signifie que la Chambre devra entamer un débat sur la loi. Les signataires réclament le droit à des négociations libres sur les salaires bruts, le maintien complet de l'indexation automatique des salaires et des allocations et le rétablissement d'une marge indicative librement négociée. Les syndicats ont récemment annoncé leur intention d'amplifier la pression avec des actions régionales. Ils se mobiliseront également à Bruxelles le lundi 20 juin pour défendre le pouvoir d'achat et exiger une révision de la loi de 1996. (Belga)