Les négociations "patinent" depuis l'annonce du 3 septembre, constatent les syndicats. Une première proposition prévoyant le sauvetage d'un seul magasin, soumise au personnel après une vingtaine d'heures de discussions le 28 octobre dernier, a été rejetée. Jeudi soir, lors d'un bureau de conciliation, "des avancées étaient sur la table, mais quand il a fallu les écrire, la direction s'est rétractée, brisant une nouvelle fois toute confiance", déplore Danny Dubois, permanent du syndicat chrétien. "La direction nous cache des éléments ou elle procède à un blocage uniquement de principe", abonde Catherine Roisin du Setca. Les représentants des travailleurs déplorent une "marche arrière" de l'employeur sur le calcul du salaire de référence pour les RCC, le suivi de l'exécution du plan, l'enveloppe formation pour les personnes licenciées et prépensionnés, et la garantie d'emploi. Un préavis de grève a été déposé à la sortie de la réunion de jeudi soir. "Si aucun contact n'est pris, nous prendrons nos responsabilités et des actions seront menées avec les travailleurs dans l'entreprise", menacent les syndicats. (Belga)