Le syndicat chrétien veut des règles claires pour le secteur du commerce. "Les clients doivent pouvoir faire leurs achats et leurs courses, mais en respectant des règles et mesures définies pour éviter que les magasins ne soient surpeuplés. Le personnel des magasins est maintenant en première ligne." Concrètement, le syndicat veut instaurer une fermeture pendant le service, de 1h30 voire 2h, principalement pour les magasins d'alimentation. "Cela allégerait le travail du personnel et il pourrait profiter de ce moment pour remplir les rayons", estime la secrétaire ACV Kristel Van Damme. D'autres enseignes ne vendant pas de produits alimentaires, comme JBC, Decathlon ou Proximus, ont décidé de fermer leurs points de vente même en semaine. "Nous voyons qu'ils font cela pour protéger leur personnel, ce qui est de toute évidence positif. Mais nous n'allons pas proposer cette mesure nous-mêmes. Elle a un énorme impact financier pour les travailleurs", explique Kristel Van Damme. La représentante syndicale entend discuter de la possibilité de mise en place d'un fonds sectoriel par les employeurs pour permettre aux employés mis en chômage temporaire d'équilibrer leurs revenus. À l'inverse, certains magasins ont étendu leurs heures d'ouverture en semaine en réaction à l'interdiction d'ouvrir le week-end. C'est notamment le cas des magasins de chaussures Torfs, qui sont désormais également accessibles en soirée. "Les citoyens eux-mêmes sont contre cette pratique", martèle Mme Van Damme. Le syndicat socialiste BBTK déplore aussi la mesure. "Le personnel est mis en danger pour augmenter le chiffre d'affaires, c'est inacceptable", indique-t-il, affirmant également que des mesures de protection supplémentaires doivent être prises pour les travailleurs du secteur. (Belga)

Le syndicat chrétien veut des règles claires pour le secteur du commerce. "Les clients doivent pouvoir faire leurs achats et leurs courses, mais en respectant des règles et mesures définies pour éviter que les magasins ne soient surpeuplés. Le personnel des magasins est maintenant en première ligne." Concrètement, le syndicat veut instaurer une fermeture pendant le service, de 1h30 voire 2h, principalement pour les magasins d'alimentation. "Cela allégerait le travail du personnel et il pourrait profiter de ce moment pour remplir les rayons", estime la secrétaire ACV Kristel Van Damme. D'autres enseignes ne vendant pas de produits alimentaires, comme JBC, Decathlon ou Proximus, ont décidé de fermer leurs points de vente même en semaine. "Nous voyons qu'ils font cela pour protéger leur personnel, ce qui est de toute évidence positif. Mais nous n'allons pas proposer cette mesure nous-mêmes. Elle a un énorme impact financier pour les travailleurs", explique Kristel Van Damme. La représentante syndicale entend discuter de la possibilité de mise en place d'un fonds sectoriel par les employeurs pour permettre aux employés mis en chômage temporaire d'équilibrer leurs revenus. À l'inverse, certains magasins ont étendu leurs heures d'ouverture en semaine en réaction à l'interdiction d'ouvrir le week-end. C'est notamment le cas des magasins de chaussures Torfs, qui sont désormais également accessibles en soirée. "Les citoyens eux-mêmes sont contre cette pratique", martèle Mme Van Damme. Le syndicat socialiste BBTK déplore aussi la mesure. "Le personnel est mis en danger pour augmenter le chiffre d'affaires, c'est inacceptable", indique-t-il, affirmant également que des mesures de protection supplémentaires doivent être prises pour les travailleurs du secteur. (Belga)