Le mouvement devrait toucher la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, le Portugal et l'Italie et pourrait encore être rejoint par d'autres pays, comme l'Allemagne, ainsi que par des organisations de pilotes. La CNE estime que 80% des vols à Charleroi devraient être touchés ce jour-là et presque la totalité de ceux à Zaventem. Cela représente au total 150 vols environ. Les syndicats européens sont d'avis que rien n'a changé au sein de la compagnie ces derniers mois, malgré les grèves de cet été, et que les conditions de travail dénoncées sont restées les mêmes. Ils souhaitent pourtant l'application des différentes législations nationales sur le travail et non plus la seule irlandaise. S'ils ne sont pas entendus par Ryanair, ces organisations menacent d'organiser une grève par mois. Didier Lebbe, secrétaire permanent du syndicat chrétien belge, prévient que des actions sporadiques, pays par pays, pourraient également être organisées dans les semaines à venir, que ce soit de la part des syndicats réunis à Bruxelles, d'autres de leurs homologues ou encore d'associations de pilotes. A l'image de ce qui s'est passé mercredi en Allemagne. Les représentants des salariés de Ryanair appellent dès lors les actionnaires de la compagnie, qui doivent se réunir le 20 septembre en assemblée générale, à apporter du changement, entre autres dans les mentalités, dans la manière de gérer l'entreprise. Les syndicats demandent également aux autorités locales et européennes d'agir contre "la seule multinationale en Europe à qui on ne fait pas respecter les lois". Ils doivent d'ailleurs rencontrer la Commission européenne à 15h00 pour lui faire part de leurs griefs. (Belga)

Le mouvement devrait toucher la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, le Portugal et l'Italie et pourrait encore être rejoint par d'autres pays, comme l'Allemagne, ainsi que par des organisations de pilotes. La CNE estime que 80% des vols à Charleroi devraient être touchés ce jour-là et presque la totalité de ceux à Zaventem. Cela représente au total 150 vols environ. Les syndicats européens sont d'avis que rien n'a changé au sein de la compagnie ces derniers mois, malgré les grèves de cet été, et que les conditions de travail dénoncées sont restées les mêmes. Ils souhaitent pourtant l'application des différentes législations nationales sur le travail et non plus la seule irlandaise. S'ils ne sont pas entendus par Ryanair, ces organisations menacent d'organiser une grève par mois. Didier Lebbe, secrétaire permanent du syndicat chrétien belge, prévient que des actions sporadiques, pays par pays, pourraient également être organisées dans les semaines à venir, que ce soit de la part des syndicats réunis à Bruxelles, d'autres de leurs homologues ou encore d'associations de pilotes. A l'image de ce qui s'est passé mercredi en Allemagne. Les représentants des salariés de Ryanair appellent dès lors les actionnaires de la compagnie, qui doivent se réunir le 20 septembre en assemblée générale, à apporter du changement, entre autres dans les mentalités, dans la manière de gérer l'entreprise. Les syndicats demandent également aux autorités locales et européennes d'agir contre "la seule multinationale en Europe à qui on ne fait pas respecter les lois". Ils doivent d'ailleurs rencontrer la Commission européenne à 15h00 pour lui faire part de leurs griefs. (Belga)