Les robots de la série Westworld ont tout des êtres humains. Dans la série suédoise Real Humans : 100 % humain, les hubots, contraction de " humans" et de "robots", affichent de troublantes similitudes avec des personnes réelles, auxquelles ils peuvent d'ailleurs se substituer sans que personne ne s'en aperçoive. Si la réalité n'en est pas encore là, la robotisation de la société frappe l'imagination... et inquiète. D'autant qu'elle n'est pas le fait des seuls robots, mais aussi de la numérisation, de l'automatisation, de la récolte de données, etc.
...

Les robots de la série Westworld ont tout des êtres humains. Dans la série suédoise Real Humans : 100 % humain, les hubots, contraction de " humans" et de "robots", affichent de troublantes similitudes avec des personnes réelles, auxquelles ils peuvent d'ailleurs se substituer sans que personne ne s'en aperçoive. Si la réalité n'en est pas encore là, la robotisation de la société frappe l'imagination... et inquiète. D'autant qu'elle n'est pas le fait des seuls robots, mais aussi de la numérisation, de l'automatisation, de la récolte de données, etc. Pour Koen Van de Maele, stratégiste chez Candriam, la robotique et l'automatisation sont appelées à déclencher une "nouvelle révolution industrielle", qui ne sera toutefois pas circonscrite à l'industrie. Koen De Leus, stratégiste en chef chez BNP Paribas Fortis, sait déjà que chaque secteur sera touché. "D'après l'enquête que j'ai menée auprès de 31 grands groupes belges cotés en Bourse, les entreprises du secteur tertiaire sont celles qui se sont le plus adaptées à ce jour. Il faut dire qu'elles ont été les premières touchées par la numérisation alors que les révolutions industrielles précédentes avaient surtout affecté les entreprises industrielles", analyse-t-il. Koen De Leus ajoute que 30 % des entreprises industrielles estiment superflu de préparer la révolution technologique. "Dans la quasi-intégralité des secteurs, des intervenants tentent de s'immiscer dans la chaîne d'approvisionnement. Ils la raccourcissent, en éliminant des intermédiaires, relate Frank Vranken, stratégiste en chef chez Puilaetco Dewaay. Aux acteurs traditionnels de trouver réponse à ces tentatives d'amputation." Comme toute révolution, celle-ci aura ses gagnants et ses perdants. Raccourcissement de la chaîne Dans le commerce virtuel, il est facile de jouer sur le raccourcissement de la chaîne d'approvisionnement. En mettant les principaux centres de distribution directement en contact avec le client, des boutiques en ligne comme Bol.com court-circuitent les grands magasins locaux. Les supermarchés classiques réagissent en mettant la main sur les acteurs virtuels de petite taille. Ahold (désormais Ahold Delhaize) a racheté Bol.com il y a presque cinq ans. En septembre, le discounter américain Wal-Mart s'est offert Jet.com pour le vertigineux montant de 3 milliards de dollars, pour pouvoir mieux résister à la concurrence d'Amazon. Plus vaste supermarché en ligne du monde, Amazon est sans aucun doute le grand gagnant de la décennie écoulée. Il ne cesse d'investir dans les avancées technologiques. Il organise par exemple chaque été depuis 2015 un concours de vitesse de rangement ou de repérage, dans les rayons, entre les robots conçus par différentes équipes d'ingénieurs. La numérisation n'épargne pas l'emploi au sein du secteur financier. ING Belgique en est l'un des exemples : un poste sur quatre sera bientôt sacrifié sur l'autel du service par Internet, au détriment d'une série d'agences. "C'est peut-être une porte ouverte sur autre chose, commente Luc Aben, économiste en chef chez Van Lanschot Bankiers. La numérisation de l'économie et de la société n'en est qu'à ses balbutiements. Les investisseurs doivent tenir compte de cette évolution lorsqu'ils sélectionnent leurs titres pour une raison 'défensive', liée au fait que l'automatisation permet de compresser les coûts et d'accroître l'efficacité, de même que pour une raison 'offensive', parce qu'il est plus facile d'explorer numériquement de nouveaux marchés de croissance ou que l'utilisation du big data permet d'exploiter plus en profondeur des marchés existants."