A l'heure où l'inflation est maîtrisée et où le bonus logement de la Région Wallonne est maintenu, les taux hypothécaires sont extrêmement bas, continuant de soutenir le marché immobilier. Avec une progression du nombre de transactions de 6,4%, le prix moyen d'une maison en Belgique n'a augmenté que de 0,1%, là où la hausse pour un appartement est de 1,9%. Parmi les réformes fiscales en vigueur depuis le 1er janvier dernier, certaines ont permis une augmentation du nombre de transactions. En Wallonie, le bonus logement récemment remplacé par le chèque-habitat a en effet permis aux moyens revenus de se tourner plus facilement vers l'acquisition de biens immobiliers. Par contre, la TVA applicable aux travaux de rénovation est passées de 6% à 21% pour les habitations qui n'ont pas plus de dix ans. Enfin, le contexte macroéconomique n'est pas sans lien avec la situation immobilière. L'inflation a connu un léger redressement par rapport à 2014, les chiffres du chômage ont reculé, la confiance des consommateurs semble s'être améliorée et les crédits ont évolué. Du côté des taux hypothécaires, ils ont continué de baisser entre décembre 2015 et juin 2015, avant de se stabiliser à 2,50%. (Belga)

A l'heure où l'inflation est maîtrisée et où le bonus logement de la Région Wallonne est maintenu, les taux hypothécaires sont extrêmement bas, continuant de soutenir le marché immobilier. Avec une progression du nombre de transactions de 6,4%, le prix moyen d'une maison en Belgique n'a augmenté que de 0,1%, là où la hausse pour un appartement est de 1,9%. Parmi les réformes fiscales en vigueur depuis le 1er janvier dernier, certaines ont permis une augmentation du nombre de transactions. En Wallonie, le bonus logement récemment remplacé par le chèque-habitat a en effet permis aux moyens revenus de se tourner plus facilement vers l'acquisition de biens immobiliers. Par contre, la TVA applicable aux travaux de rénovation est passées de 6% à 21% pour les habitations qui n'ont pas plus de dix ans. Enfin, le contexte macroéconomique n'est pas sans lien avec la situation immobilière. L'inflation a connu un léger redressement par rapport à 2014, les chiffres du chômage ont reculé, la confiance des consommateurs semble s'être améliorée et les crédits ont évolué. Du côté des taux hypothécaires, ils ont continué de baisser entre décembre 2015 et juin 2015, avant de se stabiliser à 2,50%. (Belga)