"Le Brexit n'était pas notre position, mais la population a parlé et il faut désormais envisager les prochaines étapes. Il est très important que les entreprises aient très vite de la clarté, un signal politique fort est donc fondamental de la part de l'UE et des Etats membres", a dit M. Spiller. Pour la Chambre, tant l'Europe et la Belgique que le Royaume-Uni restent des endroits attractifs pour les affaires. "Les fondamentaux restent les mêmes", a tempéré Glenn Vaugan, CEO de la Chambre de commerce. "La Belgique est le 7e marché d'exportation pour le Royaume-Uni. Les relations économiques entre les deux pays restent aussi importantes qu'hier." L'un des secteurs les plus touchés par le Brexit sera probablement la finance, estime Thomas Spiller. "Certaines grandes banques pourraient décider de quitter Londres en faveur de Francfort si les règles d'accès au marché unique sont modifiées." Le monde technologique et les "fintech" sont également visés. Pour les entreprises présentes à Bruxelles, tout dépendra maintenant du deal qui sera négocié dans les prochains mois, les prochaines années. "Un nouveau chapitre s'est ouvert." (Belga)

"Le Brexit n'était pas notre position, mais la population a parlé et il faut désormais envisager les prochaines étapes. Il est très important que les entreprises aient très vite de la clarté, un signal politique fort est donc fondamental de la part de l'UE et des Etats membres", a dit M. Spiller. Pour la Chambre, tant l'Europe et la Belgique que le Royaume-Uni restent des endroits attractifs pour les affaires. "Les fondamentaux restent les mêmes", a tempéré Glenn Vaugan, CEO de la Chambre de commerce. "La Belgique est le 7e marché d'exportation pour le Royaume-Uni. Les relations économiques entre les deux pays restent aussi importantes qu'hier." L'un des secteurs les plus touchés par le Brexit sera probablement la finance, estime Thomas Spiller. "Certaines grandes banques pourraient décider de quitter Londres en faveur de Francfort si les règles d'accès au marché unique sont modifiées." Le monde technologique et les "fintech" sont également visés. Pour les entreprises présentes à Bruxelles, tout dépendra maintenant du deal qui sera négocié dans les prochains mois, les prochaines années. "Un nouveau chapitre s'est ouvert." (Belga)