Le ralentissement de l'activité économique dû à la pandémie de Covid-19, une bonne disponibilité du parc de production, l'abondance de l'offre de gaz sur les marchés et un hiver relativement clément sont autant de facteurs qui contribuent à la baisse des prix de l'énergie sur les marchés de gros, qui elle-même se répercute sur les prix payés par les particuliers pour leur énergie. Ainsi, selon la Creg, les produits à prix fixe (55 à 60% des ménages) ont vu leur prix diminuer en moyenne de 13% pour l'électricité et de 23% pour le gaz naturel entre avril 2019 et avril 2020. S'agissant des produits variables, leurs prix ont diminué de 18% pour l'électricité et de 30% pour le gaz naturel. Le consommateur pourrait dès lors réaliser de substantielles économies sur sa facture énergétique. En effet, le régulateur constate que les ménages belges restent majoritairement sur les contrats les plus chers. "Près d'1,8 million de ménages disposent d'un contrat figurant parmi les 10 contrats variables les plus chers proposés sur le marché, tandis que seulement 128.000 ménages disposent d'un contrat figurant parmi les 20 contrats les moins chers du marché", souligne la Creg, qui rappelle que le "Creg Scan", disponible sur son site internet, permet aux ménages de comparer leur contrat d'électricité et/ou de gaz avec l'offre actuellement proposée par les fournisseurs et de voir l'économie réalisable. (Belga)

Le ralentissement de l'activité économique dû à la pandémie de Covid-19, une bonne disponibilité du parc de production, l'abondance de l'offre de gaz sur les marchés et un hiver relativement clément sont autant de facteurs qui contribuent à la baisse des prix de l'énergie sur les marchés de gros, qui elle-même se répercute sur les prix payés par les particuliers pour leur énergie. Ainsi, selon la Creg, les produits à prix fixe (55 à 60% des ménages) ont vu leur prix diminuer en moyenne de 13% pour l'électricité et de 23% pour le gaz naturel entre avril 2019 et avril 2020. S'agissant des produits variables, leurs prix ont diminué de 18% pour l'électricité et de 30% pour le gaz naturel. Le consommateur pourrait dès lors réaliser de substantielles économies sur sa facture énergétique. En effet, le régulateur constate que les ménages belges restent majoritairement sur les contrats les plus chers. "Près d'1,8 million de ménages disposent d'un contrat figurant parmi les 10 contrats variables les plus chers proposés sur le marché, tandis que seulement 128.000 ménages disposent d'un contrat figurant parmi les 20 contrats les moins chers du marché", souligne la Creg, qui rappelle que le "Creg Scan", disponible sur son site internet, permet aux ménages de comparer leur contrat d'électricité et/ou de gaz avec l'offre actuellement proposée par les fournisseurs et de voir l'économie réalisable. (Belga)