En avril, les employés ont pris en moyenne 1,1 jour de congé, soit environ deux fois plus qu'en avril 2020 (0,6) au moment du premier confinement, d'après les chiffres de l'entreprise spécialisée en ressources humaines. Le nombre d'employés n'ayant pas pris de vacances entre janvier et avril est tombé à 43,5%, alors que ce chiffre était encore à 52,4% en 2021. Alors que les employés belges prenaient l'habitude de repousser leurs congés ces deux dernières années, 24,7% d'entre eux ont déjà pris plus d'un quart de leurs congés légaux cette année, mois d'avril inclus. Soit un tiers d'employés de plus qu'en 2020 (18,6%), et trois quarts de plus que l'année dernière (14,3%). "Pour la première fois depuis 2019, les vacances de Pâques sont redevenues une période de vacances dite 'normale'", commente Heidi Verlinden, Research Project Manager chez Securex. Il n'y a cependant pas eu de départs massifs, selon l'étude. "En raison de la vague omicron, une certaine prudence demeure et l'incertitude géopolitique ainsi que les prix élevés du carburant peuvent également jouer un rôle", explique Mme Verlinden. L'étude est basée sur un échantillon comprenant 11.680 entreprises et 50.511 employés du secteur privé qui ont droit à 20 jours de congés légaux en 2022. (Belga)

En avril, les employés ont pris en moyenne 1,1 jour de congé, soit environ deux fois plus qu'en avril 2020 (0,6) au moment du premier confinement, d'après les chiffres de l'entreprise spécialisée en ressources humaines. Le nombre d'employés n'ayant pas pris de vacances entre janvier et avril est tombé à 43,5%, alors que ce chiffre était encore à 52,4% en 2021. Alors que les employés belges prenaient l'habitude de repousser leurs congés ces deux dernières années, 24,7% d'entre eux ont déjà pris plus d'un quart de leurs congés légaux cette année, mois d'avril inclus. Soit un tiers d'employés de plus qu'en 2020 (18,6%), et trois quarts de plus que l'année dernière (14,3%). "Pour la première fois depuis 2019, les vacances de Pâques sont redevenues une période de vacances dite 'normale'", commente Heidi Verlinden, Research Project Manager chez Securex. Il n'y a cependant pas eu de départs massifs, selon l'étude. "En raison de la vague omicron, une certaine prudence demeure et l'incertitude géopolitique ainsi que les prix élevés du carburant peuvent également jouer un rôle", explique Mme Verlinden. L'étude est basée sur un échantillon comprenant 11.680 entreprises et 50.511 employés du secteur privé qui ont droit à 20 jours de congés légaux en 2022. (Belga)