Il y a un an, 26,7% des PME étaient encore prêtes à embaucher le trimestre suivant.

En outre, 14,9% des PME interrogées s'attendent à une augmentation de l'emploi total à la fin de l'année par rapport au niveau actuel. 71,1% s'attendent à un statu quo et 14% envisagent une baisse.

L'augmentation nette attendue s'élève dès lors à un petit 0,9%.

Les différences régionales ne sont guère importantes. Si 20,4% des PME flamandes interrogées souhaitent recruter le prochain trimestre, le pourcentage est de 17,3% en Wallonie. Quant à Bruxelles, la région capitale est traditionnellement la plus optimiste lorsqu'il s'agit du maintien de l'emploi. Seulement 5,1% des PME bruxelloises pensent à une diminution, ce qui est sans doute dû à une forte présence du secteur des services dans la capitale.

Il y a un an, 26,7% des PME étaient encore prêtes à embaucher le trimestre suivant. En outre, 14,9% des PME interrogées s'attendent à une augmentation de l'emploi total à la fin de l'année par rapport au niveau actuel. 71,1% s'attendent à un statu quo et 14% envisagent une baisse. L'augmentation nette attendue s'élève dès lors à un petit 0,9%. Les différences régionales ne sont guère importantes. Si 20,4% des PME flamandes interrogées souhaitent recruter le prochain trimestre, le pourcentage est de 17,3% en Wallonie. Quant à Bruxelles, la région capitale est traditionnellement la plus optimiste lorsqu'il s'agit du maintien de l'emploi. Seulement 5,1% des PME bruxelloises pensent à une diminution, ce qui est sans doute dû à une forte présence du secteur des services dans la capitale.