Cet excédent budgétaire représente 0,4% du produit intérieur brut (PIB), précise le CBS dans un communiqué, soulignant que le dernier excédent budgétaire enregistré, en 2008, avait été de 0,2%. Les années qui suivirent virent le déficit budgétaire passer de 5,4% du PIB en 2009, soit 33 milliards d'euros, à 2,1% l'année dernière. La dette publique a, de son côté, enregistré une baisse pour la deuxième année consécutive et s'est établie à 434 milliards d'euros, selon le CBS. Cela représente 62,3% du PIB, "encore bien au-dessus de la norme européenne des 60%". Cette baisse s'explique non seulement par un remboursement de la dette mais aussi par une augmentation du PIB, qui a enregistré une hausse de 2,2% sur l'année. Sur le quatrième trimestre, le PIB a augmenté de 0,6% par rapport au troisième trimestre de l'année, selon une deuxième estimation du CBS, grâce aux exportations et aux consommations des ménages. Après le déficit important de 2009, les dépenses de l'Etat avaient été bridées alors que les recettes ont augmenté, malgré une baisse de 3 milliards liée à la baisse de production de gaz dans le nord du pays, où se situe le plus grand gisement de l'Union européenne. Fin 2015, le gouvernement avait réduit la production en raison de tremblements de terre provoqués par l'exploitation. Le gaz représentait 8% des revenus de l'Etat en 2011. Cette hausse des recettes s'explique notamment par une hausse des impôts et des cotisations, ajoute le CBS. (Belga)

Cet excédent budgétaire représente 0,4% du produit intérieur brut (PIB), précise le CBS dans un communiqué, soulignant que le dernier excédent budgétaire enregistré, en 2008, avait été de 0,2%. Les années qui suivirent virent le déficit budgétaire passer de 5,4% du PIB en 2009, soit 33 milliards d'euros, à 2,1% l'année dernière. La dette publique a, de son côté, enregistré une baisse pour la deuxième année consécutive et s'est établie à 434 milliards d'euros, selon le CBS. Cela représente 62,3% du PIB, "encore bien au-dessus de la norme européenne des 60%". Cette baisse s'explique non seulement par un remboursement de la dette mais aussi par une augmentation du PIB, qui a enregistré une hausse de 2,2% sur l'année. Sur le quatrième trimestre, le PIB a augmenté de 0,6% par rapport au troisième trimestre de l'année, selon une deuxième estimation du CBS, grâce aux exportations et aux consommations des ménages. Après le déficit important de 2009, les dépenses de l'Etat avaient été bridées alors que les recettes ont augmenté, malgré une baisse de 3 milliards liée à la baisse de production de gaz dans le nord du pays, où se situe le plus grand gisement de l'Union européenne. Fin 2015, le gouvernement avait réduit la production en raison de tremblements de terre provoqués par l'exploitation. Le gaz représentait 8% des revenus de l'Etat en 2011. Cette hausse des recettes s'explique notamment par une hausse des impôts et des cotisations, ajoute le CBS. (Belga)