Selon le permanent, l'offre de la direction correspond "à la virgule près" à ce que le front commun a demandé mercredi. Le syndicat chrétien défend dès lors la proposition devant ses membres, qui ont repris le travail à plusieurs endroits. "Les travailleurs reprennent leur service afin que les magasins soient prêts pour l'ouverture de lundi matin. Mais nous ne sommes pas naïfs, nous partons du principe que le BBTK va nous en empêcher", explique M. Lippens. Le syndicat libéral CGSLB informe également ses affiliés samedi matin, mais ne dispose pas d'informations quant au nombre de personnes qui ont repris leur poste. "Les travailleurs sont libres de choisir s'ils participent aux actions spontanées ou non. Nous ne sommes pas en train de les mobiliser", explique Thomas Vanbiervliet. Du côté socialiste, les membres semblent suivre la recommandation du syndicat, qui rejette l'accord car celui-ci ne couvre qu'une période de six mois, a indiqué la vice-présidente de l'organisation Myriam Delmée. Samedi matin, une centaine de magasins ainsi qu'au moins deux dépôts (Courcelles et Marche-en-Famenne) étaient fermés. (Belga)