"Depuis lundi, 50% du personnel de vente essentiellement (hors hôtesses des marques) est donc confronté à ce chômage temporaire. Côté cadres, chefs de rayon, premières vendeuses, le chômage temporaire frappe 25% et même les directeurs y sont soumis", explique Ghislaine Marie, déléguée CNE Liège. Cette mesure frappe les 16 magasins du groupe et la centrale - environ 700 personnes -, même si certains centres urbains sont plus touchés que d'autres. La mobilité, le report vers les centres commerciaux de périphérie et le covid, qui a fait changer les habitudes, ont eu des répercussions sur les ventes. "On doit mettre cela en perspective avec le fait qu'on sort à peine de la crise covid et maintenant on se trouve avec une autre crise, une guerre en Europe, qui a un impact sur l'inflation, sur les prix pétroliers, l'énergie donc forcément le consommateur est plutôt frileux", explique Valérie Van Walleghem, SETCA qui ajoute que la direction a clairement dit que s'il y avait reprise, la mesure serait arrêtée. Une mesure jusqu'à fin juin exception faite de la semaine du 2 mai, au cours de laquelle tout le monde travaillera pour fêter les 125 ans du groupe. (Belga)

"Depuis lundi, 50% du personnel de vente essentiellement (hors hôtesses des marques) est donc confronté à ce chômage temporaire. Côté cadres, chefs de rayon, premières vendeuses, le chômage temporaire frappe 25% et même les directeurs y sont soumis", explique Ghislaine Marie, déléguée CNE Liège. Cette mesure frappe les 16 magasins du groupe et la centrale - environ 700 personnes -, même si certains centres urbains sont plus touchés que d'autres. La mobilité, le report vers les centres commerciaux de périphérie et le covid, qui a fait changer les habitudes, ont eu des répercussions sur les ventes. "On doit mettre cela en perspective avec le fait qu'on sort à peine de la crise covid et maintenant on se trouve avec une autre crise, une guerre en Europe, qui a un impact sur l'inflation, sur les prix pétroliers, l'énergie donc forcément le consommateur est plutôt frileux", explique Valérie Van Walleghem, SETCA qui ajoute que la direction a clairement dit que s'il y avait reprise, la mesure serait arrêtée. Une mesure jusqu'à fin juin exception faite de la semaine du 2 mai, au cours de laquelle tout le monde travaillera pour fêter les 125 ans du groupe. (Belga)