"Comment expliquer à un forain dont l'attraction à sensation forte est similaire à celle d'un parc d'attractions qu'il ne pourra recommencer ses activités qu'à partir du mois d'août alors que les parcs auront pu rouvrir le 1er juillet?", dénonce Christine Mattheeuws, présidente du SNI. Pour le syndicat, cette distinction est sans fondement car "les règles de sécurité sont les mêmes: distanciation physique, désinfection... Il n'y a donc pas lieu de traiter différemment un forain indépendant et un parc d'attractions".

Et "quelle justification peut-on donner au fait de limiter un banquet de mariage ou 'le café' après des funérailles à 50 personnes si les conditions sanitaires sont respectées alors qu'il n'y a pas de limitations du nombre de convives dans l'horeca et que 100 personnes peuvent se réunir pour la cérémonie?", se demande encore le SNI.

Enfin, il regrette que le CNS n'ait fait aucune mention des marchés publics. "La règle des 50 échoppes par marché est difficilement applicable. Les règles d'installations changent d'une commune à l'autre. Il serait temps que cette règle soit abolie."

"Comment expliquer à un forain dont l'attraction à sensation forte est similaire à celle d'un parc d'attractions qu'il ne pourra recommencer ses activités qu'à partir du mois d'août alors que les parcs auront pu rouvrir le 1er juillet?", dénonce Christine Mattheeuws, présidente du SNI. Pour le syndicat, cette distinction est sans fondement car "les règles de sécurité sont les mêmes: distanciation physique, désinfection... Il n'y a donc pas lieu de traiter différemment un forain indépendant et un parc d'attractions". Et "quelle justification peut-on donner au fait de limiter un banquet de mariage ou 'le café' après des funérailles à 50 personnes si les conditions sanitaires sont respectées alors qu'il n'y a pas de limitations du nombre de convives dans l'horeca et que 100 personnes peuvent se réunir pour la cérémonie?", se demande encore le SNI. Enfin, il regrette que le CNS n'ait fait aucune mention des marchés publics. "La règle des 50 échoppes par marché est difficilement applicable. Les règles d'installations changent d'une commune à l'autre. Il serait temps que cette règle soit abolie."