Les majors BP, Chevron, ExxonMobil, Shell et Total, qui ont publié leurs résultats ces derniers jours, ont à elles cinq empoché 23 milliards de dollars de bénéfices nets sur les six premiers mois de l'année. Elles ont ainsi vu leur profit grimper par rapport à l'an dernier voire sont repassées dans le vert pour certaines d'entre elles après des pertes au premier semestre 2016.

A l'exception d'Exxon, elles ont toutes augmenté leur production d'hydrocarbures. Mais elles ont surtout bénéficié d'une amélioration des cours, le marché ayant repris un peu de couleurs depuis que les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres gros producteurs non-membres du cartel se sont mis d'accord fin 2016 pour limiter la production et ainsi enrayer l'effondrement des prix.

Le prix moyen du baril de Brent s'est ainsi établi à 51,7 dollars sur les premiers six mois de l'année contre 39,8 dollars sur la même période de 2016.

C'est toujours très peu par rapport aux sommets qu'avait atteint le marché par le passé mais les majors arrivent aujourd'hui à gagner de l'argent avec des cours durablement plus bas.

Les majors BP, Chevron, ExxonMobil, Shell et Total, qui ont publié leurs résultats ces derniers jours, ont à elles cinq empoché 23 milliards de dollars de bénéfices nets sur les six premiers mois de l'année. Elles ont ainsi vu leur profit grimper par rapport à l'an dernier voire sont repassées dans le vert pour certaines d'entre elles après des pertes au premier semestre 2016. A l'exception d'Exxon, elles ont toutes augmenté leur production d'hydrocarbures. Mais elles ont surtout bénéficié d'une amélioration des cours, le marché ayant repris un peu de couleurs depuis que les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres gros producteurs non-membres du cartel se sont mis d'accord fin 2016 pour limiter la production et ainsi enrayer l'effondrement des prix. Le prix moyen du baril de Brent s'est ainsi établi à 51,7 dollars sur les premiers six mois de l'année contre 39,8 dollars sur la même période de 2016. C'est toujours très peu par rapport aux sommets qu'avait atteint le marché par le passé mais les majors arrivent aujourd'hui à gagner de l'argent avec des cours durablement plus bas.