La suppression des facilités accordées au Royaume-Uni pour la libre circulation des biens au sein de l'Union européenne pourrait avoir eu un impact sur le comportement des entreprises concernées et celui de leurs clients. La baisse se fait principalement ressentir dans le secteur des produits minéraux (-57,9%) et pharmaceutiques (-16,6%), ainsi que dans celui du transport routier de matériel (-3,4%). Tant les importations que les exportations ont augmenté de 3% durant les six premiers mois, comparé à la même période en 2018. L'export s'est élevé à 142,6 milliards d'euros et l'import à 147,4 milliards d'euros. La balance commerciale affichait ainsi un déficit de 4,8 milliards d'euros, comparable à celui du premier semestre 2018. Le taux de croissance des six premiers mois de 2019 se partage équitablement entre le marché intérieur et extérieur à l'Union européenne. Au sein de l'UE, les exportations destinées aux Pays-Bas et à l'Allemagne ont connu une forte hausse, avec respectivement 5,6% et 7,7% d'augmentation. À l'inverse, l'export vers le Royaume-Uni a chuté de 6,9%. Les importations depuis la France ont, quant à elles, connu la plus forte croissance (+10,4%). Hors des frontières européennes, les exportations vers les États-Unis ont bondi de 27,7%, tandis que celles à destination de la Chine ont baissé de 8,9%. Les importations en provenance de l'Empire du Milieu ont pour leur part grimpé de 15,9%. (Belga)